A la une

À Quimper, la KempeR’Ose mobilise contre le cancer

1200 femmes avaient participé à la première édition.
1200 femmes avaient participé à la première édition. (©Jae.)

1 200, 1 800, 2 500. Chaque année, la KempeR’Ose draine un peu plus de participants convaincus de l’importance de courir ou marcher pour une bonne cause : sensibiliser et informer sur le cancer du sein. Ce dimanche 3 octobre 2021, 2 500 personnes seront donc sur la ligne de départ à 10 h 15, place Saint-Corentin.

La manifestation affiche complet. Il y aura donc forcément des personnes déçues. Elles pourront toujours encourager les participants et se rendre au village prévention installé place Saint-Corentin. Une cinquantaine de professionnels de Cornouaille le composeront : diététiciens, gynécologues, sages-femmes, médecins, sophrologues, psychologues, manipulateurs radio, kinésithérapeutes, étudiants infirmiers, enseignants en sport adapté, bénévoles d’associations…

Nadine Robic, cadre de santé, et Justine Bréhonnet, enseignante en activité physique adaptée, en sont les deux organisatrices. « Le maître mot est la prévention. On peut diminuer la gravité et la prise en charge des cancers par le dépistage, le sport et l’alimentation », insistent les deux femmes. Ce message sera répété tout au long de la matinée dans le village prévention. Le public y trouvera toutes les réponses à ses interrogations.

55 % de dépistage dans le Finistère

Le dépistage est primordial. Il est recommandé aux femmes de 50 à 74 ans de réaliser une mammographie tous les deux ans. Or, d’après l’Association pour le dépistage des cancers dans le Finistère (Adec 29), seulement 55 % des femmes de cette tranche d’âge réalisent une mammographie dans le département.

L’année dernière, ce taux est tombé à 45 % en raison de la crise sanitaire. « Il faut absolument faire ce dépistage car cela permet de détecter les lésions suffisamment tôt et donc de mieux les soigner. Il ne faut pas reporter ces mammographies », martèle-t-on à l’Adec 29.

Autopalpation

« Les femmes doivent aussi être encore plus attentives lorsqu’il y a eu des cancers du sein dans leur famille. On va aussi insister sur l’importance de l’autopalpation. Des bustes seront à disposition pour apprendre ce geste si important », reprend Nadine Robic.

La KempeR’Ose et son village prévention veulent aussi souligner le rôle prépondérant de l’activité physique dans la prévention mais aussi pendant les traitements.

« Les femmes qui pratiquent une activité physique régulière ont 25 % moins de risques de développer un cancer du sein. »

Justine BréhonnetCoorganisatrice de La Kemper’Ose

Par ailleurs, la pratique d’une activité physique diminue de 40 % le risque de rechute. Par activité physique, on entend 30 minutes par jour de marche, vélo, natation à intensité modérée.

Et même pendant les traitements, le sport s’avère bénéfique. « La fatigue va diminuer mais aussi l’anxiété », reprend Justine Bréhonnet. Beaucoup de femmes participant à la KempeR’Ose peuvent témoigner de l’importance du sport sur les plans physique et psychologique.

Infos pratiques
dimanche 3 octobre, départ de la course à 10 h 15, départ de la marche à 10 h 30, place Saint-Corentin à Quimper.
Village prévention ouvert de 9 h à 13 h.
https://lakemper-ose.com/

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Côté Quimper dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 005

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.