Sports

Alcool, malnutrition, lapidation : Siya Kolisi (Afrique du Sud) dévoile son triste passé

Le capitaine des Boks, Siya Kolisi, s'est livré de manière poignante sur sa triste jeunesse et son addiction à l'alcool dans son livre Rise.
Le capitaine des Boks, Siya Kolisi, s’est livré de manière poignante sur sa triste jeunesse et son addiction à l’alcool dans son livre Rise. (©Icon Sport)

Siya Kolisi est une idole en Afrique du Sud, étant le premier capitaine noir des Springboks, mais aussi celui qui a soulevé la Coupe du monde en 2019. En dehors des terrains, il œuvre activement pour lutter contre la fracture sociale, les inégalités et le racisme dans son pays. Pourtant, le troisième ligne sud-africain a une part sombre, et il en a fait part dans son livre Rise qui sort ce mois d’octobre 2021.

Addiction à l’alcool

Lors d’une longue interview au Guardian, il a livré de nombreux détails sur sa vie et sa triste jeunesse. Cette dernière a provoqué chez lui une addiction à l’alcool. Pour lui, c’était le seul moyen de tenter de ne plus y penser. « Absolument », répond Kolisi (30 ans). « Je buvais que je sois heureux ou triste. Boire était le seul moyen que je connaissais pour surmonter cette épreuve ».

Aujourd’hui, il ne boit plus. « C’était dur au début », avoue le Springbok. Sa rencontre avec un mentor chrétien, Ben Schoeman, l’a clairement aidé. Ce dernier s’est montré franc à son égard : « Siya, tu bois beaucoup, tu trompes ta femme, tu vas dans des clubs de strip-tease. Tu publies sur les réseaux sociaux ta foi en Dieu, mais tu te mens à toi-même et aux gens », lui a dit ce dernier, comme relayé dans le livre Rise.

Malnutrition et enfance difficile

Issu d’un township de Port Elizabeth, Siya Kolisi a connu une enfance très difficile, ayant notamment souffert de malnutrition. « Cette faim intense était dévorante… Plus j’essayais d’ignorer la douleur, pire c’était », avoue Kolisi.

À 10 ans, sa grand-mère, « la personne la plus proche » de lui, est morte dans ses bras. La violence, elle, fut son quotidien. À 12 ans, l’actuel capitaine des Springboks (56 sélections) a par exemple vu un homme se faire lapider à mort dans la rue. Des images impossibles à effacer de sa mémoire.

Le capitaine des Springboks, champion du monde en 2019, n'oublie pas ses racines puisqu’il prête main forte aux habitants défavorisés de son township natal, durant la crise du coronavirus.
Siya Kolisi, premier capitaine noir de l’Afrique du Sud, a soulevé le trophée de champion du monde en 2019 au Japon. (©Icon Sport)

Sa mère battue par ses compagnons

Sa jeunesse a aussi été marquée par les très nombreuses violences faites à sa mère, qui l’a mis au monde à l’âge de 18 ans. Quand il avait cinq ans et qu’il jouait dans la rue, Siya a ramassé plusieurs dents de sa mère, qui avaient été cassées après un passage à tabac par l’un de ses compagnons.

« Quand elle est morte, elle avait des cicatrices sur tout le visage », souffle Kolisi, qui croise encore dans la rue certains hommes qui ont violenté sa mère. « Ça me fait mal que rien ne leur soit jamais arrivé. Je suis tellement en colère, mais je dois me contrôler ».

« Trop de gens se suicident par désespoir »

Cette enfance terrible l’a profondément marqué, et Siya Kolisi a réussi à échapper à la misère grâce à son premier entraîneur de rugby, qui a œuvré pour qu’il obtienne une bourse dans l’une des écoles blanches les plus privilégiées d’Afrique du Sud. « Je mangeais pour la première fois de la vraie nourriture », avoue Kolisi, qui avait du mal à s’intégrer, ne parlant quasiment pas anglais. Aujourd’hui, il est l’une des personnalités les plus connues au pays.

Ce livre, c’est d’une sincérité pure. Et le troisième ligne sud-africain explique pourquoi il a dévoilé tout cela : « Je veux encourager les gens à demander de l’aide. Trop de gens se suicident par désespoir parce qu’ils sont trop fiers pour parler à quelqu’un d’autre ». Poignant.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 090

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.