ALÈS Cyclisme : le tour féminin international d’Ardèche programme une étape autour de la capitale des Cévennes

Lors de la 18e édition, une étape partait du Pont du Gard (photo Marie Meunier)

Le 11 septembre, le peloton effectuera une boucle de 92,5 km dans l’agglomération alésienne. Ce sera la sixième étape d’un parcours assez accidenté, à une semaine des championnats du monde.

L’an dernier, le peloton féminin du tour cycliste international de l’Ardèche (TFCIA) avait traversé une partie du nord du département, rassemblant une belle petite foule entre Anduze et Goudargues. Cette année, l’étape ne fera que passer à Anduze, mais départ et arrivée seront données du quai Boissier-de-Sauvages, à Alès. Les concurrentes Élite – professionnelles ou semi-professionnelles donc – s’élanceront en direction de Saint-Jean-du-Pin, empruntant, pour ce début de parcours, une partie de l’étape que les coureurs parcoururent lors du Tour de France 2019, entre Nîmes et Nîmes. Un col de 3e catégorie pour cette course.

Après le passage devant la Bambouseraie, puis Anduze, les femmes du peloton prendront la direction de Cardet, puis s’orienteront nord vers Vézénobres, Brouzet-lès-Alès, Mons et Navacelles. Après Saint-Julien-de-Cassagnas, direction Le Martinet, puis Le Pradel et son autre col de 3e catégorie. Les coureuses reviendront vers Alès par La Grand’Combe et Les Salles-du-Gardon.

À dix jours des championnats du monde

Jusqu’à cette année, et les huit étapes du Tour de France féminin de la fin du mois de juillet, le TFCIA était l’épreuve la plus longue en nombre d’étapes. À dix jours des championnats du monde, qui auront lieu cette année du 18 au 25 septembre en Australie, « c’est un parcours qu’on a voulu avec un peu de récupération, explique Louis Jeannin, président du TFCIA, mais qui reste assez montagneux. Les concurrentes sont ici pour améliorer leur condition physique, pas pour s’épuiser. »

Elles visiteront ainsi trois régions et cinq départements, lors d’une première étape entre Le Teil et Villeneuve-de-Berg (Ardèche), une deuxième étape autour de Montélimar (Drôme), une troisième entre Avignon et Pernes-les-Fontaines (Vaucluse), puis la plus accidentée entre Beauchsatel et Sarras (Ardèche), Florac et le Mont-Lozère et Goulet (Lozère, avec deux ascensions du mont Lozère, nord et sud), l’étape alésienne et, enfin, entre Vesseaux et Privas (Ardèche). Une « amélioration de condition physique » pour ces concurrentes. Ce ne serait pas le cas pour tout le monde.

François Desmeures

francois.desmeures@objectifgard.com





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.