Sud

ALLÈGRE-LES-FUMADES Une programmation éclectique pour « les mardis des Fumades »

La Maison de l’eau est aux manettes des Mardis des Fumades (Photo Corentin Migoule)

Après une saison culturelle riche en évènements, la Maison de l’eau d’Allègre-les-Fumades prolonge le plaisir en plein air en donnant rendez-vous au public chaque mardi pour une programmation musicale variée et festive.

Malmenée pendant deux ans, la culture retrouve des couleurs. À Allègre-les-Fumades, la Maison de l’eau n’a rien perdu de son appétit et dévore chaque occasion qui se présente à elle. Ainsi, après une saison riche en événements, la structure culturelle pluridisciplinaire remet du braquet en livrant « Les mardis des Fumades ». En juillet et en août, tous les mardis soirs (à 21h), des concerts se tiendront en plein air au Théâtre de Verdure situé au cœur du parc thermal des Fumades en pleine transformation. En voici la programmation :

  • 5 juillet : Antoine Tato Garcia – Rumbason. « Quelques notes de piano, une guitare qui déchire le silence, une voix forte, puissante, chaude, qui s’envole et nous entraîne dans son univers, là où la musique fait sens, où les mots nous prennent par la main pour nous conter des histoires immortelles. Une mélodie, deux, puis d’autres encore, Antoine Tato Garcia dessine devant nos yeux émerveillés une carte délicate, instantané d’un monde qu’on laisse mourir à petit feu, de vies flamboyantes que l’on rythme avec une guitare et des percussions, d’amitiés sans conditions et d’amours absolues. Quand d’autres sont tango, lui est rumba gitane, celle que l’on ne chante vraiment que si elle coule dans son sang, celle qui fait vibrer les nuits fauves des vies décousues et donne de la chaleur aux jours enivrés. »
  • 12 juillet : The Black Souza 4tet – Jazz. « Ce groupe propose un jazz éclectique et romantique au travers de standards souvent revisités et de paroles et compositions originales. Fortement ancrée dans la culture du blues et du be-bop, sa musique flirte parfois avec des influences plus modernes et se laisse, au hasard des morceaux, séduire par des rythmes trip-hop. »
  • 19 juillet : Kady Diarra – Musique africaine. « La grande Kady Diarra revient en famille pour brûler les planches avec un 3e album incandescent ! Dans un esprit de célébration partagée, elle nous offre un condensé d’humanité qui plonge ses racines dans le cœur de l’Ouest africain, entre cultures plurielles et humanisme mondialisé. »
  • 26 juillet : The BlueBeaters – Ska, rocksteady. « The BlueBeaters est le groupe de ska/rocksteady le plus important d’Italie depuis 1993. Après le départ de son chanteur Giulano Palma en 2012, le groupe se reforme autour de Pat Cosmo Benifei. Spécialiste des réarrangements à la sauce ska, The BlueBeaters commence à enregistrer des chansons originales en italien dès 2015. S’ensuivent plus de 250 concerts à travers l’Italie et l’Europe et trois albums mélangeant réarrangements et chansons originales. »  
  • 2 août : Akoda – Jazz créole. « Les trois complices d’Akoda nous embarquent avec enthousiasme dans des ballades créoles qui font leur identité et leur contagieuse joie de vivre. Voix en tête, ça chante réunionnais, guadeloupéen, martiniquais, c’est une tradition vivante que le groupe réinvente et nous transmet avec sa signature jazz : cœurs battants, corps dansants, émotions présentes. Nout’Souk, telle une belle célébration où l’on invite ses amis, est enrichi de signatures de taille en featuring. Un album puissant, viscéral, immédiat. »
  • 9 août : Les Fils du Facteur – Chanson française. « Éclectique, charismatique et sincère, la chanson française des Fils du Facteur a déjà su trouver un public grandissant (France, Belgique, Canada). Jonglant avec le réalisme et l’insouciance, ils délivrent un doux mélange d’énergie et de mélancolie. Laissant une place importante à l’improvisation, ils font de chaque représentation une (d)étonnante expérience unique. » 
  • 16 août : Racines Rêvées – Musique du monde. « Des années durant, Olivier-Roman Garcia a rêvé ses racines au-delà de ce qu’elles étaient, et est devenu par surprise le véhicule d’un métissage inattendu. Ses multiples voyages à travers le monde l’ont amené à la pratique du vali à Madagascar, du bouzouki à Athènes et à bien d’autres instruments, appris au contact de musiciens généreux. Ce n’est que plus tard qu’il se tourne vers le flamenco de ses origines pour ajouter cette couleur primaire à ses différents projets. »
  • 23 août : Taraf Goulamas – Fanfare culinaire tzigane. « Taraf » : prénom d’origine roumaine, orchestre de village, tribu de musiciens. Goulamas : en languedocien, individu négligé, peu soigné. En roumain, artiste d’exception. Composition : Escargots, tubas, oignons, trompette, percussions, tomates, saxophones, herbes aromatiques. Les pieds dans le sud, la tête dans les Balkans, une bande de huit musiciens bons vivants décident de partir à la conquête de tous les êtres humains. »

Infos, tarifs et réservations sur le site de la Maison de l’eau.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 14 347

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Alert: Content selection is disabled!!