A la une

« Amazon c’est fini » : le géant du e-commerce renonce à s’implanter près de Rouen

Amazon prévoyait d'implanter à Petit-Couronne un énorme entrepôt de plus de 160 000 m² devrait être ouvert 24 heures sur 24, distribuant 330 000 colis par jour et employant 1 859 personnes durant les pics d’activité. Finalement, ce projet n'aboutira pas.
Amazon prévoyait d’implanter à Petit-Couronne un énorme entrepôt de plus de 160 000 m² devrait être ouvert 24 heures sur 24, distribuant 330 000 colis par jour et employant 1 859 personnes durant les pics d’activité. Finalement, ce projet n’aboutira pas. (©Illustration Ninon Oget/Lorraine Actu)

« En deux mots, Amazon c’est fini. » Avant de clôturer le conseil municipal du jeudi 24 mars 2022, le maire de Petit-Couronne (Seine-Maritime), Joël Bigot, a fait une déclaration surprise, pour prendre acte de la fin du projet d’implantation du géant américain du e-commerce sur la friche industrielle de l’ancienne raffinerie Petroplus. 

L’édile socialiste a lu devant les conseillers municipaux une lettre reçue la veille de la part de l’aménageur Gazeley. Dans ce courrier, ce dernier annonce demander le retrait du permis de construire validé par le maire de Petit-Couronne en novembre 2020 ainsi que de l’arrêté préfectoral d’autorisation environnemental du 4 novembre 2020. « Le projet de construction visé ne sera finalement pas réalisé », écrit l’aménageur.

« Une très grosse déception »

Cet énorme entrepôt de plus de 160 000 m² devrait être ouvert 24 heures sur 24, distribuant 330 000 colis par jour et employant 1 859 personnes durant les pics d’activité.

C’est une très grosse déception pour moi, pour l’équipe entière. (…) Tout le monde a œuvré dans le même sens pour que cette grande enseigne vienne à Petit-Couronne amener des emplois. (…) [Le retrait] d’une société comme ça, c’est moins de recettes fiscales, moins d’emplois. C’est pourquoi je vous parle d’une manière grave. 

Joël BigotMaire de Petit-Couronne

L’éventuelle arrivée d’Amazon à Petit-Couronne avait divisé les habitants et les élus de la Métropole Rouen Normandie, qui s’était finalement prononcée contre le projet (son avis restant consultatif). En outre, des recours avaient été déposés, notamment par le collectif Stop Amazon 76, inquiet des conséquences climatiques et sanitaires qu’aurait générées la circulation des camions et véhicules légers aux abord de la plateforme.

Le maire règle ses comptes

« Ce soir, j’en veux à tous ceux qui se sont opposés ou s’opposent encore, pour des raisons idéologiques ou philosophiques, à ce projet », a lâché Joël Bigot. Avant de se lancer dans une longue tirade contre « les associations qui ont déposé un recours gracieux puis un recours contentieux contre mon permis de construire et contre l’autorisation environnementale validée par le préfet », contre « les médias qui mélangent tout, sèment le trouble en diffusant des mensonges », contre « tous ces biens pensants qui nous disent tout ce qu’on doit boire, manger, acheter et comment on doit l’acheter », contre « tous ces économistes de pacotille qui sortent des chiffres qui ne tiennent pas compte de tout l’écosystème du e-commerce ».

Tous ces gens-là peuvent sabrer le champagne ce soir, ils dormiront certainement mieux que moi.

Joël BigotMaire de Petit-Couronne

Par ailleurs, le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis 76) avait remis un rapport alarmant sur la sécurité du site. « L’aspect sécuritaire avait été amélioré en collaboration avec le Sdis, puisque de mémoire, une somme de 8 millions d’euros avait été mise sur la table pour améliorer la sécurité qui pourtant correspondait déjà aux critères demandés », a rappelé Joël Bigot.

« C’est un coup dur, mais on se battra pour nos Petit-Couronnais. Je vais me rapprocher probablement des ministères. Bruno Le Maire, au ministère des Finances, soutenait le projet ; même au plus haut niveau le projet était soutenu », a conclu l’édile qui espère attirer d’autres projets industriels pourvoyeurs d’emplois.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre 76actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 968

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.