A la une

Aude : Montée des eaux, incendies… le Département déclare l’état d’urgence climatique

Hélène Sandragné, présidente du Conseil départemental de l'Aude.
Hélène Sandragné, présidente du Conseil départemental de l’Aude. (©CD11)

Mardi 28 septembre 2021, le conseil départemental de l’Aude a voté pour la signature d’une motion d’engagement du Département face à l’urgence climatique.

Différents rapports

« Considérant la menace reconnue du changement climatique (…) considérant le besoin urgent de le combattre (…) considérant les effets déjà subi par l’Aude (…) le Département déclare l’état d’urgence climatique en réponse à la menace qui pèse sur notre territoire, notre région, notre Etat, notre civilisation et le monde naturel », a souligné Hélène Sandragné, la présidente.

Cette dernière s’est appuyée sur différents rapports (Sénat, experts intergouvernementaux, ainsi que l’accord de Paris signé en avril 2016 par les dirigeants de 175 pays), pour réaffirmer la position et l’engagement du Département en faveur de la transition écologique, le développement durable et la biodiversité.

Réchauffement climatique

« Le Département de l’Aude s’engage dans un effort de mobilisation d’urgence pour faire face à la crise climatique et à la perte de biodiversité…  », poursuit la présidente du Conseil départemental.

Cela passera par : informer les habitants sur la crise climatique et environnemental ; intégrer l’urgence climatique et environnementale dans toutes ses politiques publiques ; présenter dans les 6 mois un plan d’urgence de réduction des émissions de gaz à effet de serre ; intégrer directement les citoyennes, citoyens et acteurs publics dans les décisions.

Comme le rappelle Hélène Sandragné, l’Aude paie déjà un lourd tribu face au réchauffement climatique. « Le Département a pour sa part déjà subi les effets du changement climatique (…) les effets à plus long temps de ces changements sont encore inconnus, mais présentent des risques importants pour le territoire et ses habitants ».

Sécheresse

Et de préciser ces risques : littoral concerné par la hausse du niveau de la mer ainsi que par un risque accru de submersion marine ; zones forestières et espaces naturels sensibles aux feux de forêt ; grande majorité de communes (390 communes soi plus de 90%) soumises au risques inondations ; sècheresse et déficit de précipitations notables dans les zones de plaine ou de moyenne montagne.

Et Hélène Sandragné de conclure en appelant « l’Etat français et tous les gouvernements et peuples du monde à lancer un effort de transition juste et de mobilisation en faveur de l’urgence climatique ».

Robert Fages

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Occitanie dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 089

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.