Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sports

AUTOMOBILE. Un entretien avec Pierre Ragues, le nouveau patron du sport auto en Normandie

Pierre Ragues, le pilote de l'écurie Côte Fléurie, est désormais le nouveau patron du sport auto en Normandie.
Pierre Ragues, le pilote de l’écurie Côte Fléurie, est désormais le nouveau patron du sport auto en Normandie. (©Le Pays d’Auge)

Pierre Ragues, le pilote de l’écurie Côte Fleurie, a été élu le 30 septembre 2021 à Caen à la présidence de la ligue de Normandie. Le nouveau patron du sport auto en Normandie entend réunir un maximum de personnes autour de son projet. Il entend aussi normaliser les relations avec la Fédération Française de Sport Auto. 

Tout d’abord, Pierre Ragues, que s’est-il passé avec le retrait inattendu au dernier moment de Dominique Lunel ?

Il a choisi de ne pas se présenter à l’élection finalement. Il a déclaré vouloir prendre du recul. Franck Marie était candidat à sa place.

Pensiez-vous pouvoir faire basculer la ligue de Normandie de votre côté ?

On avait de bons espoirs. Cela s’est joué jusqu’au dernier moment. Notre liste est restée cohérente jusqu’au bout et c’est devenu plus évident encore lorsque Dominique Lunel s’est retiré laissant Franck Marie en première ligne. Au final, c’est une victoire qui n’est pas discutable. C’est positif. Les gens avaient envie de changement. Maintenant, il faudra bien prendre la mesure des dossiers. Il faut se mettre en ordre de marche pour faire vivre notre discipline ».

« Travailler tous ensemble »

Pierre Ragues, nouveau patron du sport auto en Normandie.

Qu’allez-vous faire désormais ?

Il faut travailler maintenant (rire). Je vais tout faire pour que mon équipe soit motivée. On va coopter aussi des gens de toutes les ASA qui ont envie de s’investir pour que l’on puisse travailler tous ensemble.

Pierre Ragues à la présidence de la ligue de Normandie, qu’est-ce que cela va changer ?

On veut retrouver un contact avec notre fédération. Même si on n’est pas d’accord sur tous les sujets, on se doit de pouvoir discuter. Il faut être dans la discussion et surtout pas dans une opposition systématique. On a envie d’être un interlocuteur constructif auprès de la fédération.

Et dans le concret ?

Il faut que nos licenciés soient entendus. On veut tous une finale des rallyes, mais il y a aussi les slaloms et la montagne où nous pouvons avoir de belles épreuves en Normandie…

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays d’Auge dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire