Bâche, géothermie : les solutions de demain pour les piscines

Le 1er juin 2016, la piscine de Melun avait été fortement touchée par la crue de la Seine. Plus d’un an après, les élus ont acté le lancement d’un chantier d’ampleur : la piscine ne devrait pas rouvrir avant la rentrée 2018
Le 1er juin 2016, la piscine de Melun avait été fortement touchée par la crue de la Seine. Plus d’un an après, les élus ont acté le lancement d’un chantier d’ampleur : la piscine ne devrait pas rouvrir avant la rentrée 2018 ©Julien Van Caeyseele

C’est un véritable défi que de maintenir un grand bassin tel que celui de la piscine de Melun (Seine-et-Marne) à la bonne température. À l’heure où les prix des énergies montent et inquiètent, les communes tentent de limiter leurs postes de dépenses. La mairie de Melun a décidé d’investir dans un dispositif original.

350 000 euros pour le dispositif

L’un des combats municipaux concernant la piscine est celui de la déperdition de chaleur. En effet, avoir une piscine à 27 °C est nécessaire pour assurer un confort aux nageurs, mais il faut pouvoir maintenir cette température. Pour réduire ces coûts, la mairie de Melun a souhaité mettre en place un dispositif qui pourrait conserver un maximum de chaleur. 

« Nous allons prochainement installer une nouvelle bâche thermique. Elle va permettre une réduction de la facture d’électricité d’environ 30 % », décrit Jérôme Olzier, le directeur général des services techniques.

Un premier type de volet roulant de ce genre avait déjà a été installé auparavant, mais il sera renouvelé dans les prochains mois : « L’ancien était un volet roulant alvéolé dans lequel on injectait de l’air pour le faire remontrer. S’il a très très bien fonctionné, il a une durée de vie et il faut le remplacer. Désormais ce seront deux volets de néoprène de 50 mètres sur 10 qui recouvriront le bassin olympique », décrit-il.

Si des travaux ont été réalisés pendant l’été pour accueillir le nouveau dispositif, celui-ci sera « un investissement de 350 000 euros », et cela permettrait de faire des économies :

Le coût du gaz a pris 107 %. Le mégawatt était à 80 € et il est passé à 165 aujourd’hui

Jérôme Olzier, le directeur général des services techniques de Melun

La géothermie comme avenir ?

Aujourd’hui, avec la hausse des prix, le budget a explosé : « Nous maîtrisons ces dépenses depuis les années 2000, mais nous souhaitons aller encore plus loin », rapporte le directeur général des services techniques. En effet, une autre source d’énergie et de chaleur est envisagée pour chauffer l’eau de la piscine : la géothermie.

« Il faudrait alors raccorder la piscine au réseau de géothermie de Melun et notamment de l’Almont. Si ce sont actuellement 8 000 logements qui en bénéficient, on voudrait l’étendre à la rive sud pour la piscine, l’Escale, la cité administrative, mais aussi les habitants », conclut-il.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La République de Seine et Marne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.