BAGNOLS/CÈZE « J’ai pleuré » : l’émotion des bacheliers au lycée Albert Einstein

Emma Serre, fière de sa sœur Léane et de sa copine Célia Toularastel pour leur mention (Laure Leflamand / Objectif Gard)

Ce matin, les terminales découvraient leurs résultats du baccalauréat. Parents, élèves, professeurs, au lycée Albert-Einstein de Bagnols, ils sont tous réunis pour découvrir l’affichage dans la cour du site Vigan.

Admis, admis au second tour et parfois non visible. Devant le portail, un petit groupe patiente avant de connaître la décision finale. Ticya Herbin, est à la fois stressée et impatiente de connaître son résultat : « C’est de l’adrénaline là, j’ai hâte ! ». Deborah Linguet, elle aussi veut laisser un peu de suspens. Elle pense que pour elle, c’est la mention bien. Au milieu de la cour, la majorité des visages sont illuminés. « C’est trop bien ! Je pensais avoir mention assez bien et j’ai eu bien » explique Léane Serre, une élève en terminale générale. « J’ai pleuré » poursuit-elle avec un regard pétillant. 

La plupart l’ont eu et n’en sont pas étonnés, d’autres en revanche ne s’y attendaient pas. C’est le cas d’Ombeline Vallier : « Je l’ai eu mais c’était limite donc oui je suis vraiment contente ». Ticya, soulagée, vient de prendre connaissance de son résultat : « Ça y est je l’ai, je suis trop fière ». Deborah, quant à elle pensait avoir la mention bien et la jeune fille obtient son bac avec la mention très bien. Les élèves sont ravies et leurs professeurs le sont d’autant plus. Thomas Avril, lui a obtenu la mention très bien avec les félicitations du jury. Avec 18,14 de moyenne au bac, ses enseignants viennent le féliciter. Le professeur d’histoire géopolitique plaisante avec ironie : « c’est un escroc lui, il n’est pas du tout ponctuel, il bavarde, il perturbe le déroulement du cours, il ne faut pas lui adresser la parole ! ». L’élève poursuit : « J’espérais avoir les félicitations et je n’étais pas inquiet à ce sujet-là ». 

« On y va pour tout déchirer »

« Rattrapage, je le savais c’était sûr », confie Mohamed le visage fermé. Certains comme ce lycéen ne l’ont pas eu d’office, et sur l’affichage est inscrit « admis au second tour ». Le jeune doit passer un oral de rattrapage. Déterminé et soutenu par ses « potes », il est prêt à l’avoir du deuxième coup : « On y va pour tout déchirer » termine-t-il optimiste. C’est vrai qu’il n’y a pas que de la fierté, quelques déceptions, certains auraient aimé une mention, et d’autres auraient préféré celle d’au-dessus. David Vinit, professeur d’histoire géopolitique toujours présent le jour des résultats du baccalauréat, est rassuré de voir « que le bac a encore un petit peu de sens ». Pour ceux n’ayant pas travaillé, le bac leur échappe, quant à ceux qui l’ont mérité, une seconde chance leur est offerte. 

Laure Leflamand





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.