Sud

BAGNOLS/CÈZE Marcher 1 000 km en trois semaines, l’incroyable défi de Guillaume Chazalon

Guillaume Chazalon, 34 ans, a décidé de relever le défi lancé par son employeur, le groupe Orano : faire le plus de pas possibles en trois semaines. Il est actuellement en tête parmi les 1 210 participants à échelle de toute la France et marche en moyenne 70 000 pas par jour. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Marcher en moyenne 70 000 pas par jour pendant trois semaines. C’est le défi un peu fou que s’est lancé Guillaume Chazalon. Ce Bagnolais de 34 ans sillonne la ville et ses environs à pied depuis le 1er juin. Son objectif ? Passer le cap des 1 000 km d’ici le 22 juin, l’équivalent d’un trajet Lille-Marseille.

Pourquoi un tel challenge vous demandez-vous ? À l’origine, c’est le groupe Orano qui a souhaité sensibiliser ses salariés aux bienfaits de l’exercice physique. Des employés de toute la France participent à « O’sport », challenge qui consiste à faire le maximum de pas par jour pour cumuler le maximum de points via l’application mobile Kiplin. Mais certains, comme Guillaume Chazalon, se sont vraiment pris au jeu : « La première journée du challenge, j’ai effectué 32 000 pas. Je trouvais ça bien mais le soir, quand j’ai regardé le classement, je n’étais que 6e ou 7e. Je me suis dit qu’il y avait du niveau. J’ai vite remplacé le gasoil par la bière« .

En effet, ce breuvage est connu des sportifs pour aider à récupérer après l’effort. Désormais, le Bagnolais, technicien en radioprotection chez Orano Dem, marche en moyenne 7h par jour. Ça c’est quand il travaille mais quand il est en repos, c’est encore plus. De mercredi minuit à ce jeudi minuit, il a marché 24h et a effectué presque 80 kilomètres, car les points comptaient double.

« Je ne pensais pas m’investir autant dans ce défi »

Aujourd’hui, sur les 1 210 participants du groupe Orano, le Bagnolais est en tête avec 70 000 pas d’avance. Il est talonné de près par un concurrent direct, qui a d’ailleurs son bureau juste à côté du sien, Romuald Seconde, grand sportif amateur d’ultratrail. « On est au coude à coude. Ça va être serré« , assure Guillaume Chazalon, lui aussi ancien footballeur mais pas vraiment entraîné à la marche. Sur le classement par équipe, il est également en tête avec sa team surnommée « Les Barjots », clin d’oeil à l’équipe de handball des années 90. Les cinq hommes (*) ont parcouru 1 597 km depuis le début du challenge le 1er juin.

« Je ne pensais pas m’investir autant dans ce défi. Je ne sais pas vraiment dans quel état je suis. Parfois un peu stone », reconnaît en souriant Guillaume Chazalon. C’est son chef de service qui l’a motivé à participer et à se donner à fond. Quand on lui pose la question de ce qu’il y a à gagner pour le premier, le Gardois avoue ne pas savoir : « Quand je dis ça, les gens me prennent encore plus pour un fou. Mais il y a plusieurs raisons qui me motivent à le faire. Si je gagne, ce serait une fierté pour l’entité Orano Dem qui a une fin programmée. Notre avenir est incertain, mais ce serait l’occasion de rappeler à ceux qui nous croient morts qu’on est toujours là. Et puis, ça me permet de me dépasser, je ne me pensais pas capable. »

Deux heures de marche pour aller au travail à pied

Pour le moment, il a parcouru 500 km et espère atteindre les 1 000 km d’ici la fin du défi mercredi prochain. Pour cela, il se lève tous les jours à 5h du matin, au lieu de 6h30, pour se rendre à pied à son travail à Marcoule depuis la route de Tresques. Le retour se fait aussi à pied en faisant des petits détours dans Bagnols-sur-Cèze jusqu’à 23h. Observant au rythme des foulées, les changements qu’a subi la ville qui l’a vu grandir. Malgré des douleurs aux articulations et des sensations parfois d’aiguilles dans les pieds, Guillaume Chazalon tient bon. Un peu de glace et d’arnica, de la musique dans les oreilles ou la voix encourageante d’un proche au bout du fil et ça repart. Toute sa famille est derrière lui, mais le père de famille a hâte de repasser du temps avec eux et aussi de redécouvrir la sensation de s’allonger sur son canapé.

« Gagner n’est pas une fin en soi, mais je veux aller au bout. Je ne peux pas abandonner maintenant. Rien n’est fait et je vais batailler jusqu’au bout« , assure ce papa plus que jamais déterminé, qui a trouvé en ce défi une occasion de se prouver à lui-même ce dont il est capable. Il célèbrera ça autour d’une bière à Bagnols plage avec ses coéquipiers jeudi soir.

Marie Meunier

(*) Guillaume Chazalon fait équipe avec « Les Barjots » : Georges Boutet (chef de département), Ronan Mesureur (ingénieur sécurité), Frédéric Gauthier (contremaître radioprotection), Youssef Challall (adjoint chef de quart SPR posté en 5X8). 





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 407

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.