En bref

Boxe : Tony Yoka riposte après les accusations de triche aux JO 2016

Alors que son titre olympique est pointé du doigt à la suite d’un rapport sur la corruption dans la boxe amateur, Tony Yoka a réagi lundi par l’intermédiaire de son avocat.

«Si des gens ont fraudé, ils doivent être sanctionnés, et le plus vite possible, a ainsi déclaré lundi à l’AFP Arnaud Péricard, l’avocat du boxeur français après le rapport McLaren affirmant que onze combats des JO 2016 de Rio, dont la finale remportée par Yoka, sont entachés d’une possible tricherie. C’est un rapport indépendant fait par l’AIBA (la fédération internationale de boxe, NDLR), peut-être dans un contexte particulier, à ce stade il n’y a aucun enseignement à en tirer. Cela met l’athlète dans une situation inconfortable, et la véritable victime, c’est l’athlète.»

Le rapport McLaren n’accuse ni les boxeurs ni leur entourage d’être intervenus directement pour peser sur les combats, mais dévoile un vaste système d’influence piloté au sommet de l’AIBA, alors dirigée par le Taïwanais Wu Ching-Kuo.

Joyce réclame l’or

«Les arbitres suspendus et mis en cause ont été virés après les quarts de finale, cela ne concerne même pas la demie et la finale», a lâché le boxeur aux côtés de son conseil.

A la suite de ce rapport, le boxeur britannique Joe Joyce, battu par Tony Yoka en finale de la catégorie des +91 kg, réclame la médaille d’or. Je suis convaincu que j’ai remporté le combat contre Tony Yoka et que je méritais la médaille d’or. Mais ce jour-là je n’ai pas été déclaré vainqueur et, sur le moment, je l’ai accepté», a expliqué vendredi Joyce sur ses réseaux sociaux.

«A côté de cela vous rajoutez peut-être une petite dose de mauvaise foi anglo-saxonne dans un rapport, avec un James Joyce qui comme par hasard est à l’orée d’une discussion pour un combat professionnel avec Tony Yoka», a noté l’avocat de Tony Yoka.

L’enquête met particulièrement en cause le Français Karim Bouzidi, ex-directeur exécutif de l’AIBA, qui avait été limogé à trois jours de la fin des JO de Rio : il y a deux ans, il avait déjà été soupçonné de s’être entendu avec les juges-arbitres les plus réputés (labellisés cinq étoiles et censés rehausser le niveau de l’arbitrage) pour favoriser certains pays.

Plongez dans l’univers des sports de combat avec L’Arène Podcast



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 070

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.