Please assign a menu to the primary menu location under menu

Etranger

Budget fédéral – Passe d’armes entre le PTB et le gouvernement sur les malades de longue durée

(Belga) Le gouvernement s’est défendu mercredi de s’en prendre aux malades de longue durée qu’il veut remettre au travail. Au contraire, il veut leur offrir une chance de reprendre le boulot plutôt que d’être laissés sur le côté, a assuré le Premier ministre, Alexander De Croo.

Face au nombre sans cesse croissant de malades de longue durée, le gouvernement veut réformer la procédure en vigueur jusqu’à présent, d’une part en dissociant le licenciement pour force majeure médicale du trajet de réintégration, d’autre part en améliorant ce trajet par un accompagnement plus précoce. Une sanction menant à la perte de 2,5% des prestations pourra être prononcée pour les malades qui refuseraient le remplir le questionnaire obligatoire sur la possibilité de retourner au travail ou de rencontrer à plusieurs reprises le coordonnateur « Retour au travail ». Aux yeux du PTB, pour des raisons budgétaires, le gouvernement s’en prend aux malades. « Le signal que nous donnons, c’est qu’on ne laisse pas ces gens sur le côté. Le signal que vous donnez, c’est que ces gens ne seront plus aptes. Ce que vous voulez, c’est le statu quo pour des personnes oubliées par le système », a répondu le Premier ministre, Alexander De Croo. « Je veux que ces gens puissent revenir au travail mais, au gouvernement, vous ne vous êtes pas posé la question au gouvernement du système qui mène à cette situation? La pression au travail, la flexibilité, la fin des prépensions. Vous feriez mieux d’avoir une discussion sur les conditions de travail plutôt que d’aller embêter ces gens », a souligné le chef de groupe, Raoul Hedebouw. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, s’en est mêlé. « Vous racontez des choses qui ne sont pas justes », a affirmé le vice-Premier ministre Vooruit. La possibilité de sanction existe déjà depuis longtemps. La réforme ne vise pas tous les malades de longue durée mais ceux qui seraient en état de retravailler et qui refusent obstinément de remplir le formulaire qui leur est envoyé sur leur situation ou de se rendre à un entretien, a-t-il expliqué. Il n’est pas question d’un objectif budgétaire, a-t-il ajouté. « Nous faisons cela pour le bien des gens ». Les arguments n’ont pas convaincu le député communiste. « Les malades de longue durée sous des victimes, pas des coupables. Allez vous en prendre aux grosses fortunes, pas aux malades », a-t-il lancé. (Belga)



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire