Faits divers

Cannabis, cocaïne, ecstasy… Un trafic de stups gravitait-il autour d’une épicerie à Nice?

Ecoutes, filatures… La sûreté départementale a mené l’enquête sur ce trafic de stups assez éclectique, avant d’interpeller les suspects le 14 juin. « Les perquisitions ont été fructueuses », remarque le président du tribunal, Alain Chemama.

Les policiers ont saisi chez les prévenus plusieurs centaines de grammes d’herbe, de résine de cannabis et de cocaïne, de l’ecstasy, de la MDMA et du crack, ou encore un pistolet d’alarme et 22.000 euros. Ils ont aussi découvert dans l’épicerie quelques grammes de drogue, cinq bouteilles de protoxyde d’azote et 150 bouteilles d’alcool détenues sans autorisation.

« Loin de ce qu’on peut penser »

En garde à vue, la plupart des suspects est passée aux aveux. Parmi eux, deux frères âgés d’une trentaine d’années: le cadet gère l’épicerie, l’aîné y est employé polyvalent. Ce dernier l’assure: « Mon petit frère n’a rien à voir avec tout ça ». L’intéressé acquiesce, et refuse de voir son épicerie assimilée à un point de deal: « On est vraiment loin de ce qu’on peut penser… »

L’épicerie est-elle suspectée à tort, ou a-t-elle servi à vendre un peu plus que des produits de consommation courante? Le tribunal statuera le 22 juillet, les prévenus ayant demandé un délai pour préparer leur défense. D’ici là, trois d’entre eux patienteront en prison afin d’éviter tout « risque de concertation, pressions et réitération ». Le quatrième reste sous contrôle judiciaire. L’épicerie, elle, est dans l’attente d’une décision administrative.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 538

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.