Home En bref Cantal. Châtaigneraie cantalienne : les projets de la micro-crèche et du multi-accueil
En bref

Cantal. Châtaigneraie cantalienne : les projets de la micro-crèche et du multi-accueil

Amandine Basset, nouvelle coordinatrice « petite enfance » au côté d'Annie Plantecoste, vice-présidente du service enfance-jeunesse à la Communauté de communes de La Châtaigneraie.
Amandine Basset, nouvelle coordinatrice « petite enfance » au côté d’Annie Plantecoste, vice-présidente du service enfance-jeunesse à la Communauté de communes de La Châtaigneraie. (©MB)

Dans le cadre de l’évolution des fonds dédiés à l’enfance-jeunesse, la MSA Auvergne signait en début de séance un partenariat avec la Communauté de communes de La Châtaigneraie. Cette offre de partenariat intitulée « Grandir en Milieu Rural » (GMR) a pour objectif de soutenir les communes dans leur politique en direction des familles agricoles et rurales.

Emmanuel Rioux, sous directeur de la MSA Auvergne, détaillait le plan d’action du GMR qui portera sur la création du multi-accueil de Saint-Mamet, de la micro-crèche de Laroquebrou, de l’extension de la micro-crèche de Lafeuillade-en-Vézie. « Nous serons attentifs aussi à la réflexion menée sur la création d’un espace ALSH sur Maurs et la participation au financement de la prestation de service jeunes, à hauteur de 10 % au côté de la CAF ». L’offre GMR est un dispositif pluriannuel sur 4 ans et court jusqu’au 31 décembre 2025.

Un espace accueil jeunes enfants à Saint-Mamet

Situé en centre bourg de Saint-Mamet, cet espace, d’une capacité d’une vingtaine d’enfants, est en cours de consultation. Annie Plantecoste, vice-présidente du pôle enfance-jeunesse, de préciser que les travaux du multi-accueil de Saint-Mamet vont démarrer dans l’année pour une livraison en 2024.

À lire aussi

  • Cantal : les projets à venir sur la commune de Vic-sur-Cère

Sur les plans dévoilés par l’architecte Arnaud Estival : un espace d’accueil – deux entrées distinctes pour l’accueil des enfants et celui du personnel (et technique) – un « dépose poussettes » couvert, une salle d’activités de 75 m2, trois salles de sommeil, une salle de changes, un espace repas et ses cuisines, un sas d’accueil avec des casiers, un jardin extérieur clôturé de 200 m2. Le relais petite enfance sera relié par le jardin partagé. L’éclairage naturel (exposition au sud) et l’autoconsommation (panneaux photovoltaïques) seront privilégiés.

Le financement

Le plan de financement est estimé à 965 000 € HT. Subventionné à 80 % (772 344 €) par le DETR (127 344 €), la Région (160 000 €), la CAF (380 000 €), la MSA (25 000 €), la commune (80 000 €), qui met à disposition le terrain gratuitement.

Une micro-crèche de 12 places à Laroquebrou

Le projet de la micro-crèche est né il y a un an rappelle le maire de Laroquebrou, Pascal Malvezin. Situé en face de la maison de retraite et ses 85 employés, l’édile se félicite de cette proximité qui pourrait arranger les recrutements dans la commune. Michel Teyssedou de rajouter que cette micro-crèche vient pérenniser l’école et compléter un pôle de services tout récent comprenant la maison de santé, le centre d’accueil et la Maison France Service.

À lire aussi

  • Cantal : les projets 2023 sur la commune de Vézac

Concrètement, la micro-crèche se situera dans les locaux le long de la rue Émile Dumas avec un accès par la rue de Paris dans la cour basse de l’école. Accès central, dégagement, logements dans les étages, une salle « rangements et poussettes » avec un accès aux étages. Le couloir reste en place, une rampe est aménagée. Le couloir amène à une pièce de vie avec un bureau pour accueillir les parents. Locaux de stockage, sanitaires, point changes, ainsi que deux dortoirs de sept couchages. En extérieur se trouvera un espace de déambulation fermé avec un revêtement adapté. Le projet sera « peaufiné » avec la PMI pour validation finale fin janvier 2023.

Le plan de financement est estimé à 193 720 € HT, subventionné à 80 % par la CAF (154 976 €). Le terrain est mis à disposition gratuitement par la commune.

Les pistes de développement et l’extension de la micro-crèche de Lafeuillade

Avec une forte demande et une liste d’attente de plus de 2 ans, la micro-crèche de Lafeuillade-en-Vézie appelle une extension. « Les jeunes parents sont en demande de ce mode de garde quand les assistantes maternelles font défaut sur le territoire », déplore Pauline Piganiol, Directrice du pôle enfance jeunesse. Ce projet en cours d’élaboration devrait voir le jour en 2024. « On a d’ores et déjà une subvention CAF de 170 000 € et nous ferons une demande de Fonds Cantal Innovation par rapport à un appel à projet petite enfance avec un taux à 20 % ».

À lire aussi

  • Cantal. Carrelage, électricité : création d’une entreprise à Yolet

Une autre réflexion est menée autour de la nécessité d’un nouveau diagnostic des besoins sur La Châtaigneraie par la CAF, dont un accueil individuel sur Roumégoux, Marcolès et Cassaniouze. Également interrogée, la réorganisation du service sur le bassin maursois (2023-2024) : multi-accueil + relais petite enfance + animations ados + école de musique de Maurs.

Amandine Basset, nouvelle coordinatrice « petite enfance »

Pour coordonner les nombreux acteurs et services en Châtaigneraie, la Communauté de communes a recruté Amandine Basset qui veillera à la coordination des établissements.

La foire chevaline de Maurs en questions

Le sujet de la foire chevaline est arrivé en fin de séance, avec des élus inquiets de la tournure médiatique qu’a pris une vidéo diffusée par l’association Brigitte Bardot sur la dernière foire chevaline de Maurs. Pour Michel Teyssedou, président de l’intercommunalité : « tout ceci a fait l’objet d’un montage, ce n’est pas ce qui se fait depuis des années sur cette foire aux chevaux de Maurs. Aujourd’hui,  nous travaillons avec le comité des foires à une meilleure organisation en collaboration avec les services vétérinaires et Éric Février, vétérinaire sur la foire de Maurs ».

Antoine Gimenez, vice-président, expliquait que sous la pression du préfet du Cantal, les organisateurs vont essayer d’améliorer la traçabilité, la circulation des animaux et des personnes pour moins de bousculades et de stress pour les animaux. « Ce qui est important c’est qu’à la fois le comité des foires chevalines et la communauté de communes montrent à Monsieur le préfet qu’on ne fait pas la sourde oreille, on fait des choses pour améliorer la situation ».

À lire aussi

  • Cantal : encore quelques mois de travaux pour la maison de santé de Maurs

En rappelant que c’est une foire commerciale et que les éleveurs aiment leurs animaux et qu’il faut absolument que la prochaine foire soit organisée de sorte à ne subir aucun reproche. Une réunion est prévue avec les négoces et marchands de bestiaux.

La foire à Maurs, on va la faire encore en mars, mais si c’est trop compliqué, moi je jette mon tablier !

Roger CondaminePrésident des foires chevalines

Roger Condamine, président des foires chevalines de Maurs, réaffirmait que le comité allait faire un effort « mais ça va être compliqué, très compliqué ». « Si on suit les conseils de la DSV, il faudrait faire des foires sans public car le public énerve les chevaux… Mais sans public, il n’y a plus de foire, je vous le dis ».

Émotion dans la voix, Roger Condamine de souffler : « La foire à Maurs, on va la faire encore en mars, mais si c’est trop compliqué, moi je jette mon tablier ». 

Marie Boudon

Related Articles

En bref

Marne : Sylvie Bruneaux devient la nouvelle bâtonnière de saint Vincent

Fête faite de traditions, la Saint-Vincent fait honneur au village. ©LPB C’est...

En bref

Marne : le brevet des collèges, souvenir pour les uns, angoisse pour les autres…

Des élèves fiers de recevoir leurs diplômes ©DR Ils sont 73 anciens...

En bref

Foot (N3). Fougères poursuit son impressionnante série

Simon, double buteur ©La Chronique républicaine Il ne fallait pas arriver en...

En bref

Château-Thierry : collège et lycée à l’heure allemande

À l’issue de la réception à l’hôtel de ville. ©LPB Les élèves...