Home En bref Castres-La Rochelle. Le CO en mode commando : « On n’a pas peur de prononcer le mot maintien »
En bref

Castres-La Rochelle. Le CO en mode commando : « On n’a pas peur de prononcer le mot maintien »

Promu capitaine de Castres en l'absence de Mathieu Babillot, l'arrière Julien Dumora
Promu capitaine de Castres en l’absence de Mathieu Babillot, Julien Dumora a conscience de l’urgence de la situation. (©Icon Sport)

Avant d’accueillir le champion d’Europe La Rochelle, ce samedi 18 février (17h), le finaliste du dernier Top 14, Castres (11e), ne compte que 6 points d’avance sur Brive (13e) et regarde plus que jamais vers le bas. Réunis en stage à Gruissan (Aude), de lundi à mercredi, les Castrais semblent réellement avoir pris conscience de l’urgence de la situation. D’autant que leur président Pierre-Yves Revol a tiré la sonnette d’alarme en début de semaine.

Pour l’arrière Julien Dumora, promu capitaine en l’absence de Mathieu Babillot absent « 1 à 2 mois » selon le staff castrais, il n’y a « pas encore le feu », mais « le CO n’a plus droit à l’erreur ». « Il faut être lucide sur notre position au classement. On n’a pas peur de prononcer le mot maintien, comme notre président l’a dit cette semaine. Il faut savoir aussi l’entendre pour être prêt à sortir le club de cette situation délicate, car c’est vraiment un état d’esprit à part qu’il faut avoir. On avait besoin de se le dire pour que tout le monde en prenne conscience et maintenant, place aux actes. La vérité du terrain sera samedi à 17h. »

À lire aussi

  • Top 14. Castres, Pau, Brive, Perpignan : qui a le calendrier le plus difficile pour le maintien ?

Dumora : « On avait besoin de se resserrer et de se retrouver »

Cadre du Castres Olympique, Julien Dumora (34 ans) explique que la mise au vert au bord de la mer Méditerranée a fait le plus grand bien au collectif tarnais : « Avant ces 8 derniers matchs de Top 14 qui vont être très importants pour le club, on avait besoin de se resserrer et de se retrouver en dehors du cadre habituel de notre centre d’entraînement », souligne le Béarnais, formé à Arudy :

« On a bossé notre rugby, avec beaucoup de précision et d’engagement. Tout le groupe était très impliqué et on ressort énormément de positif de ces 3 jours à Gruissan. Maintenant, il faut que cela retranscrive sur le terrain en match, car ce stage n’aura été positif que si on arrive à battre La Rochelle samedi. »

Julien DumoraArrière et capitaine de Castres
Capitaine par intérim du CO, Julien Dumora
Capitaine par intérim du CO, Julien Dumora attend que les jeunes « passent devant et montrent le cap ». (©S.G pour Actu Rugby)

Le capitaine Dumora veut « montrer l’exemple »

Lucide, Julien Dumora avoue qu’il y a « forcément de la pression » dans le vestiaire castrais, avant d’accueillir le champion d’Europe rochelais, car « le classement oblige à en avoir », mais que celle-ci n’est pas pour autant « négative ». « C’est aussi excitant d’avoir la pression sur nos épaules et ça nous donne beaucoup d’appétit de recevoir une équipe comme La Rochelle », explique le capitaine par intérim du CO, avant d’évoquer justement ses nouveaux galons : 

« En tant que capitaine, je dois montrer l’exemple, aider le groupe à se sentir du mieux possible et à avoir confiance en notre plan de jeu. Mais je n’ai pas besoin de parler pendant des heures pour motiver les mecs avant un match comme ça. On a déjà beaucoup discuté cette semaine. Maintenant, le cadre est posé et il y a juste à voir les actions sur le terrain. Mon relais comme capitaine sera plus dans ce sens-là, pour guider l’équipe et faire les bons stratégiques dans certains moments clés. Je n’ai pas plus de responsabilités et de pression que d’habitude. On a un groupe avec des leaders et des joueurs d’expérience, donc je vais aussi m’appuyer sur eux. On veut avancer tous dans la même direction. »

Julien DumoraArrière et capitaine de Castres

En l’absence de l’habituel capitaine Mathieu Babillot, mais aussi du vice-capitaine Gaëtan Barlot protégé avec le XV de France et de l’expérimenté centre Thomas Combezou (opéré en décembre d’un arrachement du ligament interne et d’une rupture du ligament croisé antérieur), Julien Dumora se sent investi d’une mission supplémentaire. « C’est vrai qu’on n’a perdu pas mal de leaders ces derniers temps, mais il faut passer devant. Cela va permettre à certains joueurs d’émerger et le groupe a besoin de ce leadership. On est pas mal d’anciens dans le club, mais il va falloir aussi que les jeunes passent devant et montrent le cap. C’est aussi ce qu’on a essayé de faire lors du stage à Gruissan. Cela nous a permis de voir d’autres leaders et le groupe en a besoin, en l’absence de ses leaders emblématiques depuis de nombreuses années. »

À lire aussi

  • Top 14. Castres équipe la plus sanctionnée ? Voici le classement des clubs les plus « cartonnés »

Tichit : « Ça ne nous fait pas vraiment pas peur de jouer le maintien »

L’expérimenté pilier gauche Antoine Tichit (33 ans), autre leader du collectif Bleu et Blanc, partage le même sentiment que son coéquipier Julien Dumora, expliquant qu’aujourd’hui, « tout le monde avait conscience qu’il fallait rapidement se mettre un électrochoc, car le temps passe et la fin de saison arrive vite ».

Champion de France en 2018 et finaliste du Top 14 la saison dernière, le joueur formé à Gaillac (Tarn) se rappelle aussi la saison 2020-2021 où le CO était 13e à Noël, avant de terminer la saison régulière aux portes de la qualification.

« Plusieurs fois, notre groupe s’est déjà posé la question de jouer le maintien et c’est comme ça qu’on sait le mieux réagir. Il y a 2 ans, on avait eu une réunion pour se dire qu’on jouait notre survie en Top 14 et au final, on avait gagné avec le bonus contre Toulon lors de la dernière journée et on avait terminé 7èmes, à un petit point du Stade Français. Notre collectif s’est toujours construit comme ça. Il n’y pas d’ego démesuré ici. On a conscience de la qualité de notre équipe, donc ça ne nous fait pas vraiment pas peur de jouer le maintien. »

Antoine TichitPilier de Castres

L’autre atout important, c’est que l »entraîneur des trois-quarts du CO David Darricarrère connaît déjà cette position délicate, puisqu’il avait joué le maintien sur le banc de Castres lors de la saison 2014-2015 en duo avec Serge Milhas, avant d’être remplacé en février par Mauricio Reggiardo. « Il faut une sorte de réaction, car la situation est préoccupante, mais on ne peut pas non plus parler de révolte et d’urgence absolue. Et quoi de mieux qu’un match de rugby pour s’enlever tous les doutes et repartir de l’avant ? », conclut le technicien landais.

Chaque jour, recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail avec la newsletter d’Actu Rugby. Inscrivez-vous par ici, c’est gratuit !

Related Articles

En bref

Cross-country. Dernière étape avant les France pour Blandine L’hirondel et les athlètes d’Alençon

Blandine L’hirondel (Alençon Running Club), récente championne de Normandie de cross-country, ira...

En bref

Le festival Ribambelle fête ses 25 ans autour de Caen

Laure Rungette, directrice du TCE depuis sa création, et Dalila Breant-Benkaci, qui...

En bref

Autour de Guingamp, Noémie coud à partir de tissus recyclés

Noémie Guyomard a cousu des centaines de masques gratuitement pendant le confinement....

En bref

Vendée : le festival Blue Mon ne reviendra pas en 2023

Le festival avait connu de belles heures à Sainte-Foy. ©archives journal des...