News 24-7

Ce que coûterait une hausse du taux du Livret A aux banques

Selon les estimations de l’agence de notation Fitch révélées par Les Echos, une augmentation du taux de rémunération du Livret A à 0,75% coûterait 460 millions d’euros aux banques françaises.

Si rien n’est encore décidé, la persistance de tensions inflationnistes ces derniers mois devrait pousser le gouvernement à augmenter le taux de rémunération du Livret A en février prochain.

Bloqué à 0,5% depuis début 2020, le taux de rendement de ce placement plébiscité par 55 millions de Français est calculé sur la base d’une formule tenant compte des taux interbancaires et du niveau des prix. Or, l’inflation n’a fait qu’accélérer ces derniers mois pour atteindre +2,8% en novembre sur un an, selon l’Insee.

Un coût d’au moins 460 millions d’euros pour les banques

L’exécutif est libre de suivre ou non cette formule. Mais à l’approche de l’élection présidentielle et alors que le taux de rendement réel du Livret A est négatif (-1,1% si l’on se base sur une inflation moyenne de 1,6% en 2021), il aurait tout à y gagner. Au contraire des banques qui seraient les grandes perdantes d’une telle décision.

Selon l’agence de notation Fitch Ratings dont les travaux sont révélés par Les Echos, une révision du taux du Livret A de 25 points de base, à 0,75% donc, coûterait 460 millions d’euros aux banques françaises. Pire encore, elles devraient débourser 920 millions d’euros si le taux était fixé à 1%, ce qui représente « entre 0,3% et 0,6% de leur produit net bancaire », explique aux Echos Rafael Quina, analyste en charge des banques françaises chez Fitch.

Fort heureusement pour elles, les banques ne doivent rémunérer que la collecte du Livret A et du Livret de développement durable (LDDS) qu’elles conservent elles-mêmes, soit 40% du total. Les 60% restants étant conservés par la Caisse des dépôts.



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire