A la une

Château-Gontier : pour le Refuge de l’Arche, Flore Roux communique avec les chevaux

Flore Roux, comportementaliste équin en compagnie du curieux Pif, mardi 21 septembre 2021, à Ménil (Mayenne).
Flore Roux, comportementaliste équin en compagnie du curieux Pif, mardi 21 septembre 2021, à Ménil (Mayenne). (©Haut Anjou)

À quelques minutes en voiture du refuge de l’Arche situé à Saint-Fort, commune déléguée de Château-Gontier-sur-Mayenne, Flore Roux s’occupe d’une dizaine de chevaux au lieudit La Motte, à Ménil (Mayenne).

Originaire de Tours (Indre-et-Loire), cette jeune femme de 31 ans est arrivée à la suite d’un financement participatif lancé en février 2021. « La vétérinaire du refuge de l’Arche m’a contactée, il y a deux ans », explique-t-elle.

« Mon but est d’apprendre aux chevaux que l’humain ne leur veut pas de mal si on les touche, ou manipule pour des soins à faire. »

Flore RouxComportementaliste équin

« Je l’ai rencontrée et elle m’a exposé ses besoins. Je suis déjà venue une semaine en avril 2021, sur un groupe. Mon but est d’apprendre aux chevaux que l’humain ne leur veut pas de mal si on les touche, ou manipule pour des soins à faire. C’est ce qu’on appelle du medical-training. »

Flore a cependant dû attendre que les animaux âgés de 15 à 20 ans, acceptent sa présence. « Le temps d’adaptation varie selon les chevaux », poursuit-elle au moment où l’un d’entre eux la rejoint. 

Renforcer les bons comportements

Ça dépend de leur tempérament et de leur curiosité. Par exemple, j’ai rencontré Pif, un mulet au mois d’avril. Au bout d’une semaine, je pouvais le toucher et lui donner à manger ».

Pour ce faire, elle utilise une méthode appelée le renforcement positif. « Dès que le cheval va produire un comportement que l’on souhaite, je vais le renforcer sous forme de récompense comme la nourriture ».

« Avec un clicker (outil produisant un bruit de « clic » ), j’indique le moment où il a produit le bon comportement ».


Diverses expériences

Des compétences acquises au fil des années, depuis ses débuts d’enseignante d’équitation à Toulouse (Haute-Garonne), en passant par un séjour de deux ans en Australie (2014) puis son intérêt pour la naturopathie et une formation au comportementalisme équin.

« En France, je me suis rendu compte que dans certains centres équestres, on ne respectait pas assez les chevaux. Ils sont généralement isolés. En Australie, j’ai vu des chevaux dans des ranches vivre pendant six mois en troupeau ».

Stages et débourrage

« Là-bas, le cheval est considéré comme une personne sur laquelle on peut compter. J’ai fait un mix de toutes ces méthodes pour créer mon métier ».

En parallèle du refuge de l’Arche, elle accompagne les particuliers et les éleveurs proposant du débourrage, phase où l’on apprend les premiers ordres aux chevaux mais également des stages pour éduquer les cavaliers à l’équitation.

Présente durant quatre semaines sur le mois de septembre, Flore Roux reviendra la semaine du 18 octobre 2021 et tout le mois de janvier 2022.

Pratique : informations au 06 34 13 29 05 par mail à contact@equinaflore.com ou sur equinaflore.com

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Haut Anjou dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 072

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.