A la une

Cherbourg : « Ici, on a la plage à portée de vélo, ma Ginette ! »

Chère Ginette : retrouvez chaque semaine un billet d'humeur dans C'est à Cherbourg
Chère Ginette : retrouvez chaque semaine un billet d’humeur dans C’est à Cherbourg (©Chère Ginette – Photomontage)

Chaque semaine, retrouvez un billet d’humeur « Chère Ginette » en exclu dans C’est à Cherbourg !

« Chère Ginette, »

« J’habite une ville où le temps et l’espace peuvent parfois sembler figés. Par temps clair et sans vent, tu peux presque voir les îles anglos-normandes et le mardi précédent. Les choses paraissent immuables et je sais que beaucoup de ses habitants se plaisent à penser qu’elle est moribonde.

Bon, peut-être que le troisième vendredi de novembre, à dix heures du matin, alors qu’il pleut et que tout le monde a la gueule de bois, on paraît pas les gens les plus accueillants du monde. Mais, si tu veux bien regarder vraiment et avec un pouet de recul, tu vas vite te rendre compte qu’on a mi-temps l’équilibre parfait.

On a la plage à portée de vélo presque partout. Rares sont les gens qui ont plus de trois-quarts d’heure de route pour aller au boulot. Y’a plein d’offres sportives et culturelles pour les minots si t’en as, et si t’en as pas, y’a au moins un bar pour dix habitants. Au moindre concert, au moindre festoche, toute la ville est dehors à faire la fête.

Y’a vraiment des choses à faire partout, tout le temps et pour tous les goûts. Oui, c’est une petite ville, mais j’vois pas bien où c’est problématique. La taille, ça compte, d’accord, mais me raconte pas que les Parisiens visitent leur ville de long en large tous les week-ends, j’te croirais pas.

Les seules choses qu’on a du mal à défendre, c’est la météo et les râleurs. Mais comme malheureusement (pour la météo) dans vingt ans, on sera devenu la Côte d’Azur, sois patiente, tu pourras bientôt te plaindre qu’il fait trop chaud chez nous. Voilà, si avec tout ça on me propose pas d’être sous-chef de l’office du tourisme, j’y comprends rien. 

Je t’embrasse.

PS : Comme généralement, les ceusses qui râlent que « Rien ne bouge » sont aussi ceusses qui pensent que « C’était mieux avant », j’dois dire que ça m’fait vraiment beaucoup rire (quand ça me fait pas chialer. La dichotomie, c’est fascinant 5 minutes hein, après, c’est pénible). »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre C’est à Cherbourg dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 944

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.