Home En bref CHU de Montpellier / MO.CO : cours artistiques sur ordonnance pour patients dépressifs
En bref

CHU de Montpellier / MO.CO : cours artistiques sur ordonnance pour patients dépressifs

Le Centre d'art dur MO.CO de Montpellier rue de la République
Le Centre d’art dur MO.CO de Montpellier rue de la République (©MO.CO)

C’est une première en France et ça se passe à Montpellier : des prescriptions médicales de visites gratuites au musée, grâce à un partenariat inédit entre le Fonds Guilhem du CHU de Montpellier et le MO.CO Montpellier Contemporain, avec le soutien de Culture Santé – Agence régionale de santé -ARS- Occitanie et la Direction régionale des affaires cultuelles, DRAC Occitanie. Ce projet L’Art sur ordonnance s’inscrit dans le cadre de la candidature de Montpellier au titre de Capitale Européenne de la Culture 2028.

https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d7611.145696864328!2d3.8661144338718625!3d43.60474959832894!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x12b6af1da182ef1f:0x93e07335351053b9!2sMO.CO.!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1674211238715!5m2!1sfr!2sfr

MO.CO. Montpellier Contemporain, le Département d’urgences et post urgences psychiatriques -DUPUP- du CHU de Montpellier ont inauguré, au MO.CO, un projet partenarial inédit en France intitulé L’Art sur ordonnance. Il repose sur la conviction commune de l’écosystème artistique MO.CO. et du DUPUP/CHU de Montpellier, d’autant plus forte après cette pandémie Covid-19, de l’urgente nécessité à sensibiliser le public aux avantages de l’engagement artistique pour la santé mentale et vise à faire sortir les patients de l’hôpital en leur prescrivant de l’art.

À lire aussi

  • Montpellier : une première mondiale d’assistance circulatoire au CHU

Depuis le début du 21e siècle, la recherche scientifique démontre les effets bénéfiques des arts sur la santé et le bien-être. « Compte tenu des niveaux actuels de détresse psychosociale dans la société, il semble crucial d’engager nos concitoyens à participer à des activités créatives pour assurer la promotion du bien-être, de la santé et du capital social. Un projet pilote, essentiel, qui a pour vocation, s’il se montre concluant à l’issue des études scientifiques qui l’accompagnent, de perdurer et rayonner en permettant à de nombreux autres projets d’Art sur ordonnances de voir le jour à travers la France entière », explique-t-on au MO.CO.

Rencontres, expositions et ateliers

Qu’est-ce que L’Art sur ordonnance ? Cette initiative propose aux patients une sensibilisation à l’art et un engagement dans une démarche de création artistique. Les personnes adressées par le DUPUP du CHU au MO.CO. bénéficient d’un programme complet mêlant rencontres avec les oeuvres et les artistes, visites des expositions et ateliers de pratiques artistiques conçus spécifiquement par des artistes invités et s’appuyant sur la programmation du MO.CO. Ils sont accompagnés durant toute la durée du programme par l’équipe du service des publics du MO.CO., qui mène par ailleurs, depuis longtemps de nombreuses actions adaptées et à la carte, à destination de publics empêchés ou éloignés de la culture.

À lire aussi

  • Montpellier. Exposition à la Panacée MoCo : Permafrost, les formes du désastre

Dépressifs 

Des programmes à destination des patients présentant des épisodes dépressifs. Les ateliers sont menés par les artistes au sein des deux centres d’art du MO.CO. Au coeur de la ville, ces lieux culturels de convivialité, de vie, incluant des cafés restaurants, des résidences étudiantes, une librairie, un jardin, un patio, et qui ne sont pas associés à la maladie, sont des éléments clés dans ce processus. Par la rencontre avec l’art, les participants aux ateliers peuvent ainsi s’évader, aborder les thématiques artistiques et sociétales qui animent les artistes et découvrir leur propre créativité. Ils échangent, s’engagent dans une démarche de création artistique et co- construisent avec l’artiste autour de son projet, tissent de nouveaux liens sociaux et s’enrichissent mutuellement des expériences vécues.

https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d1962.8086244290396!2d3.8765204088082297!3d43.61283356237359!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x12b6af085458faa1:0xcacdcc059f3c0d5f!2sMO.CO. Panacée!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1674211329975!5m2!1sfr!2sfr

Des artistes invités par le MO.CO. interviennent auprès d’un groupe de patients sur une durée d’un mois chacun. L’année dernière, le programme a concerné trois groupes différents d’environ 10/12 patients auxquels sont prescrits des parcours artistiques d’un mois. Pour le premier groupe de patients, l’artiste Bianca Bondi a réalisé un workshop / programme d’interventions impliquant des ateliers de pratiques artistiques en mars (sessions de 2h / une fois par semaine), en écho à l’exposition de Max Hooper Schneider.
Ensuite, c’est la chorégraphe Anne Lopez qui a conçu un atelier de pratique chorégraphique face aux oeuvres, autour de l’exposition Trans(m)issions, sur quatre sessions de 2h sur 4 semaines consécutives entre avril et mai 2022.

À lire aussi

  • Montpellier : les grandes ambitions du MOCO avec l’art contemporain

Comment ça se passe ? L’Art sur ordonnance est l’occasion de mettre en place une collaboration étroite entre les équipes du CHU de Montpellier et du MO.CO. mais aussi entre les internes en psychiatrie et les étudiants en art de MO.CO. Esba (Ecole Supérieure des Beaux-Arts). Ainsi, un binôme étudiant au MO.CO Esba et interne en psychiatrie a suivi les ateliers, observé le déroulement des groupes et imaginé une manière de mettre en récit cette expérience collective. Un nouveau programme a été proposé au troisième groupe de patients à l’automne dernier par l’artiste Suzy Lelièvre invitée par le MO.CO. À la fin du programme, une restitution aura lieu au MO.CO. et au CHU de Montpellier avec une rencontre publique et la projection d’un film documentaire autour du projet.

Le site du CHU de Montpellier
Le site du CHU de Montpellier (©Facebook)

Des études scientifiques sont menées autour du projet pilote. « Un rapport récent de l’OMS (Organisation mondiale de la santé)  indique que l’engagement artistique et la participation à des activités créatives procurent un large éventail de bénéfices : la promotion du bien-être, de la qualité de vie, de la santé physique et mentale et du capital social. D’ailleurs, tout au long de l’histoire, les hommes ont utilisé des images, des histoires, des danses et des chants comme rituels de guérison et de soulagement. Pourtant, faire de l’art ne va pas de soi et son développement peut être soit étouffé, soit cultivé par toute une série de facteurs culturels et sociétaux. Si l’éducation et la solitude entravent l’accès aux Arts, la dépression reste l’obstacle principal. D’où l’importance de soutenir ces personnes afin qu’elles se sentent plus capables et motivées à s’engager », révèle-t-on au MO.CO.

https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d3296.2006744688624!2d3.847889662183796!3d43.63153480568759!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x12b6aeae33a0559b:0xff8cd1f70e2d749b!2sCentre Hospitalier Universitaire de Montpellier!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1674211384445!5m2!1sfr!2sfr

Une collaboration inédite

Ce projet est né d’une collaboration inédite entre le MO.CO. Montpellier Contemporain et le CHU de Montpellier. Écosystème artistique unique qui va de la formation jusqu’à la collection, en passant par la production, l’exposition et la médiation, par la réunion d’une école d’art et deux centres d’art contemporain : le MO.CO. Esba (École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier), le MO.CO. Panacée (laboratoire de la création contemporaine) et le MO.CO. (espace dédié à des expositions d’envergure internationale). L’EPCC MO.CO. bénéficie du soutien de la DRAC Occitanie, Montpellier Méditerranée Métropole et la Ville de Montpellier.

Le DUPUP du CHU de Montpellier est un département dédié une part importante de son activité de soins et de recherche au traitement de la dépression et à la prévention du suicide. Il comprend également l’Unité des urgences psychiatriques. C’est à partir de ces structures de soins qu’ont été repérés les patients bénéficiant du programme d’Art sur Ordonnance.

> Pratique : MO.CO Muséum, centre d’art, 13 rue de la République à Montpellier. MO.CO. Panacée, 14 rue de l’Ecole de pharmacie à Montpellier. MO.CO. Esba – École Supérieure des Beaux-Arts, 130 rue Yehudi Menuhin à Montpellier. Centre hospitalier universitaire de Montpellier, 191 avenue du Doyen Gaston Giraud. Fonds Guilhem, centre administratif André Benech, 191 avenue du Doyen Gaston Giraud à Montpellier https://fonds-guilhem.chu-montpellier.fr/fr/qui-sommes-nous

Related Articles

En bref

Marne : Sylvie Bruneaux devient la nouvelle bâtonnière de saint Vincent

Fête faite de traditions, la Saint-Vincent fait honneur au village. ©LPB C’est...

En bref

Marne : le brevet des collèges, souvenir pour les uns, angoisse pour les autres…

Des élèves fiers de recevoir leurs diplômes ©DR Ils sont 73 anciens...

En bref

Foot (N3). Fougères poursuit son impressionnante série

Simon, double buteur ©La Chronique républicaine Il ne fallait pas arriver en...

En bref

Château-Thierry : collège et lycée à l’heure allemande

À l’issue de la réception à l’hôtel de ville. ©LPB Les élèves...