En bref

Début d’une semaine des Nobel marquée par le Covid

Les pronostics seront-ils déjoués ? Ce 4 octobre marque le début de la semaine des Prix Nobel. Dans une période fortement marquée par la pandémie, un bon nombre de nommés le sont pour leur travail sur le Covid-19. Mais les récompenses ont souvent échappé à ceux qui étaient donnés gagnants.

Médecine 

Près d’un an après l’apparition des vaccins contre le coronavirus, il est logique d’imaginer que les scientifiques à l’origine des traitements soient les favoris. Mais les choses ne sont pas si faciles, puisque seuls trois chercheurs peuvent être récompensés par ce Nobel. Dans ce contexte, le comité pourrait prendre son temps et choisir un autre gagnant, en attendant de s’accorder sur celles et ceux qui méritent le prix dans le futur.

L’Académie des sciences choisit régulièrement de récompenser de très anciennes découvertes, comme ce fut le cas en 2020, avec trois chercheurs déclarés gagnants pour la découverte de l’hépatite C, réalisée en 1989. Dans ce contexte, des recherches sur le cancer du sein ou sur la résistance aux antibiotiques sont citées parmi les vainqueurs potentiels. Résultat ce 4 octobre aux alentours de 11h30. 

Physique

Le Prix Nobel de physique ne devrait pas être aussi marqué par l’actualité. L’an dernier, la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna avait remporté la récompense pour leur travail sur l’éditeur de gènes CRISPR. S’il est difficile de prévoir le choix de l’Académie, certains sites spécialisés décident d’utiliser des facteurs clés pour donner des favoris.

C’est notamment le cas de Clarivate, qui décompte le nombre de citations d’un chercheur dans des publications scientifiques. Si l’on en croit ce classement, Giorgio Parisis pour ses recherches sur la chromodynamique quantique ou encore Mark Newman grâce à ses travaux concernant les réseaux complexes sont bien placés. Mais cet argument n’est pas le seul pris en compte. Reste à savoir si ces favoris auront la chance de l’emporter le 5 octobre. 

Chimie

Comme pour le Prix Nobel de physique, les prédictions concernant la chimie sont très aléatoires. Le site spécialisé Chemistry and Engineering News s’y est pourtant risqué en demandant leur avis à des scientifiques de haut niveau. Parmi les noms cités, l’on retrouve Shankar Balasubramanian et David Klenerman pour leur travail sur le séquençage de l’ADN, ou encore trois chercheurs dont la Hongroise Katalin Karikó pour la création des vaccins à ARN messager. Celle-ci a d’ailleurs reçu la Grande Médaille de l’Académie des sciences françaises le 28 septembre dernier. 

Littérature 

Qui pour succéder à Louise Glück ? Ce 7 octobre, c’est au tour des écrivains et écrivaines d’être à l’honneur. Le Prix Nobel de la littérature doit être remis, et il est difficile de détacher un grand favori. D’après l’un des sites de paris en ligne de référence sur le sujet, Ladbrokes, 6 auteurs sont à égalité pour le prix : Haruki Murakami, Ngugi Wa Thiongo, Anne Carson, Lyudmila Ulitskaya, Margaret Atwood et la Guadeloupéenne Maryse Condé. Le premier nommé, romancier japonais, est en revanche donné gagnant par un site concurrent, Smarkets

Paix

Snobée l’an dernier, l’Organisation mondiale de la santé est-elle sur le chemin de la victoire ? C’est le cas si l’on en croit les bookmakers, qui estiment qu’elle est favorite. Selon Smarkets, elle est même quasiment assurée de gagner, malgré la présence lointaine d’autres concurrents.

Attention cependant à ne pas négliger les outsiders, puisque le Prix Nobel de la Paix a tendance à surprendre. Parmi les autres potentiels vainqueurs, l’on retrouve l’opposant russe Alexeï Navalny, la convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques ou encore Reporters Sans Frontières. Moins présente dans l’actualité, Greta Thunberg reste citée. 





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 969

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.