Please assign a menu to the primary menu location under menu

Faits divers

Décapitation d’un SDF à Toulon: un suspect retourne en prison

Un maillot de football (numéro 10) et le visage à moitié couvert de symboles maoris tatoués. Andy T., 47 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel de Toulon pour ne pas avoir respecté les obligations liées à son inscription au fichier des délinquants sexuels.

La mise en examen de ce marginal pour « non-assistance à personne en danger », dans le cadre de l’enquête sur la décapitation d’un homme en février dernier à Toulon, a été brièvement évoquée au cours de ce procès organisé selon le mode de la comparution immédiate.

Andy T. a été interpellé ce mardi à proximité des locaux de l’association d’aide sociale Les amis de Jéricho à Toulon. Il faisait l’objet d’une fiche de recherche pour ne pas avoir déclaré son lieu de résidence comme l’impose son inscription au « fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles » (Fijais).

Pas de garanties de représentation

Et pour cause, il est sans domicile fixe, a souligné en défense Me Stéphane Colombe. « Dans la procédure criminelle en cours, il est domicilié au cabinet de son avocate », a-t-il indiqué en substance.

Le quadragénaire avait été placé en détention provisoire lors de sa mise en examen après le meurtre d’un autre sans-abri, le 1er février, au domicile d’un officier marinier soupçonné de l’avoir décapité.

Andy T. avait été remis en liberté, placé sous contrôle judiciaire, le 30 juillet, a-t-on appris lors de sa comparution devant le tribunal de Toulon.

Il faisait l’objet d’une inscription au Fijais à la suite d’une condamnation en 2016, à Ajaccio, pour agression sexuelle.

Selon nos confrères de Corse-Matin, il avait contraint sa compagne d’alors, à coups de poing et sous l’emprise de l’alcool, à lui prodiguer une fellation.

Son casier judiciaire fait également état d’une condamnation à 20 ans de réclusion criminelle, en 1998, pour un meurtre commis en Polynésie française.

Reconnu coupable de « non-justification de son adresse par une personne enregistrée dans le Fijais », et faute de « garanties de représentation », il a été condamné à quatre mois de prison ferme et placé en détention.



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire