Sports

Déclaré inapte à 27 ans, cet ancien joueur pro garde le moral : « Il y a une vie après le rugby »

Paul Champin (Nice)
L’ancien demi de mêlée de Nice, Paul Champin, relativise sa fin de carrière prématurée et reste optimiste. (©D.R/Fotojet)

Il fait partie des grands blessés du rugby professionnel. À 27 ans, l’ex-demi de mêlée de Nice (Nationale), Paul Champin, a été contraint de raccrocher les crampons cet été, après avoir été déclaré inapte à la pratique du rugby de haut niveau en raison d’une « grave blessure à la malléole externe ».

Formé à Béziers puis passé par le centre de formation de Montpellier, avant de retourner à l’ASBH pour découvrir la Pro D2, entre 2015 et 2018, et de connaître enfin une saison à Bourgoin-Jallieu et trois dernières au Stade Niçois, il revient sur cet « énorme coup dur » et évoque sa reconstruction et ses nouveaux projets professionnels pour Actu Rugby.

« Il faut préserver sa santé au-delà de la carrière sportive »

Sportivement, la descente aux enfers de Paul Champin a débuté en janvier 2022. Alors qu’il faisait intégrante de la rotation du Stade Niçois, puisqu’il venait de disputer 8 matchs de Nationale, dont 5 comme titulaire, le demi de mêlée se blesse gravement à la malléole lors d’un entraînement, après un contact anodin avec son coéquipier fidjien Sakiusa Bureitakiyaca. « En plaquant « Saki », il m’est tombé sur la jambe et mon pied est resté en porte-à-faux. J’ai dû être opéré en urgence, car la malléole était bien fracturée », se souvient l’intéressé qui a débuté un long parcours du combattant pour tenter de retrouver les terrains, en vain.

Il enchaîne : « J’ai entamé un gros sprint pour essayer de revenir au moment des phases finales. Je m’étais fixé comme objectif de reprendre pour le barrage face à Valence-Romans, mais ça n’a pas pu se faire, puisque j’ai été diagnostiqué inapte fin mai en ayant un contre-avis médical pour la poursuite de ma carrière au niveau professionnel. » Après cet énorme coup de dur, s’en est suivie une période noire dont il a accepté de se souvenir, pour Actu Rugby :

C’était très douloureux à encaisser, car j’arrivais en fin de contrat en juin 2022 et j’avais à cœur de bien terminer ma fin de cycle à Nice. Mais j’ai aussi rapidement relativisé, car je sais qu’il y a des choses beaucoup plus graves dans la vie et qu’il faut préserver sa santé au-delà de la carrière sportive. (…) J’aurais pu continuer le rugby au niveau amateur, mais actuellement, j’ai encore d’énormes douleurs à la cheville. Je n’ai aucune sensation quand je cours et après mon footing, j’ai la cheville qui est gonflée pendant 3 jours. 

Paul ChampinEx-demi de mêlée de Nice

« Si c’est pour ne pas pouvoir jouer avec mes gosses à 40 ans, ce n’est pas la peine »

Début septembre, c’est l’international français Virimi Vakatawa qui a été interdit de poursuivre sa carrière professionnelle dans l’Hexagone. Une annonce qui a un écho retentissant sur la planète rugby et une résonance particulière pour Paul Champin, même si les circonstances des leurs arrêts de carrière respectifs ne sont pas les mêmes, puisque l’ex-centre du Racing 92 a été stoppé pour une anomalie cardiaque.

« Cela fait surtout prendre conscience de l’importance de préserver son corps et sa santé, et de ne prendre aucun risque à n’importe quel niveau de compétition que ce soit. Si j’ai bien compris, Vakatawa a toujours l’opportunité de poursuivre sa carrière au Japon, mais est-ce que le risque en vaut la chandelle ? Je ne crois pas… », se questionne l’ancien demi de mêlée de 27 ans :

De mon côté, je pourrais faire le forcing et convaincre tous les médecins du monde de mon aptitude, mais si c’est pour ne pas pouvoir jouer avec mes gosses quand j’aurais 40 ans, ce n’est pas la peine…

Paul ChampinEx-demi de mêlée de Nice
Paul Champin a disputé 10 matchs de Pro D2 avec Béziers de 2015 à 2018.
Paul Champin a disputé 10 matchs de Pro D2 avec Béziers de 2015 à 2018. (©Icon Sport)

« Je rêvais d’être avocat, mais finalement, je vais rentrer dans les forces de l’ordre »

Resté vivre dans la région niçoise, Paul Champin tente de digérer cette « petite mort du sportif » et de se reconstruire, tant bien que mal, aux côtés de sa famille et de ses proches. Et le Biterrois à la tête bien pleine, qui possède un Master 2 en Droit Pénal, validé durant sa carrière rugbystique, sait déjà vers quel domaine professionnel il va s’orienter.

Vidéos : en ce moment sur Actu

À la base, je rêvais d’être avocat, mais vu l’époque dans laquelle on vit, je préfère finalement passer de l’autre côté… Du coup, en janvier, je vais passer le concours de lieutenant de police à Monaco, car je veux m’engager dans la sureté publique et le bien de tous. Ce n’est rien de glorifiant. Je ne vais pas être pompier, ni médecin, mais j’avais plutôt envie de défendre les gens qui sont du bon côté.

Paul ChampinEx-demi de mêlée de Nice

En attendant de valider ce concours dans les forces de l’ordre, l’ancien numéro 9 du Stade Niçois est actuellement commercial pour une entreprise d’énergie renouvelable dirigée par son épouse, sur Nice et ses alentours.

« D’une façon ou d’une autre, je ne quitterais jamais vraiment le monde du rugby »

Dans sa nouvelle vie, Paul Champin a gardé un lien très fort avec le milieu du rugby et continue notamment de suivre de près l’actualité du Stade Niçois, son dernier club : « Samedi dernier, j’ai assisté au match entre mes deux anciennes équipes, Nice et Bourgoin-Jallieu, et ça m’a forcément fait un petit pincement au cœur », avoue celui qui a été convoqué en stage avec l’équipe de France U18 et était promis à un bel avenir rugbystique. « J’ai aussi la chance d’avoir mes meilleurs amis qui évoluent en Top 14, Reda Wardi et Lucas Bachelier, donc ça me donne l’occasion d’aller les voir jouer, respectivement à La Rochelle et Perpignan », ajoute-t-il avant d’enchaîner :

D’une façon ou d’une autre, j’ai toujours l’occasion de rester dans le monde du rugby et je ne le quitterai jamais. En plus, j’avais déjà commencé à entraîner, donc je risque de revenir dans ce milieu, mais surtout pour coacher des jeunes, car ça me plaît vraiment bien. J’ai gardé de bons liens avec Guillaume Cazenave, le responsable de l’Académie du Stade Niçois, donc j’espère que je pourrais collaborer avec lui dans le futur.

Paul ChampinEx-demi de mêlée de Nice

Même s’il est très attristé d’avoir stoppé prématurément sa carrière, Paul Champin est donc loin d’être écœuré par le rugby, en particulier professionnel : « Vu que j’ai fait en sorte d’avoir un bagage universitaire à côté du rugby, j’ai toujours gardé un regard sur le monde extérieur. Et même si je suis attristé d’avoir dû arrêter ma carrière de la sorte, il y a une vie après le rugby, donc je me dois de rebondir et je sais que ça va le faire… » En effet, la vie ne se résume pas toujours à une carrière sportive.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 13 134

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.