Home En bref Demandez Angela à Quimper : ce qu’ils en pensent
En bref

Demandez Angela à Quimper : ce qu’ils en pensent

Jean-François Lavergne
Jean-François Lavergne, le patron du Troquet à Quimper, avait réclamé la mise en place du dispositif lors des Assises de la sécurité.  ©Côté Quimper

Insultes racistes, propos sexistes, comportements déplacés. Jean-François Lavergne a horreur de tout ça.

Le patron du bar Le Troquet, rue du Frout en centre-ville de Quimper (Finistère), est donc très favorable à la mise en place du dispositif Demandez Angela par la Mairie.

Accueil des victimes

Le but est de protéger les victimes d’agressions dans la rue. « J’ai demandé à la Ville de le déployer lors des Assises de la sécurité en octobre dernier », dit Jean-François Lavergne. 

À la terrasse de son établissement ou juste devant, il lui est déjà arrivé d’intervenir pour faire cesser des comportements inappropriés. Il a également déjà accueilli des victimes. Même observation à l’hôtel Mercure en face de la gare.

La semaine dernière, notre réceptionniste a porté secours à un jeune homme qui sonnait à notre porte. Il venait chercher de l’aide après une bagarre à la sortie d’un bar.

José Randrianjavoto, le directeur de l’hôtel Mercure de Quimper. 

Son employée « qui a plus de 20 ans de métier » a appelé la police. « Nous le faisons. C’est naturel. » 

L’hôtel Mercure va adhérer au dispositif Demandez Angela. Tout comme Le Novomax, la salle de musiques actuelles boulevard Dupleix.

Au début, nous étions assez prudents. Nous ne voulions pas que ce soit seulement du marketing politique ou un autocollant sur une vitrine.

Christophe Dagorne, le directeur de l’association Polarité[s] qui gère Le Novomax.

« Plus qu’un refuge »

Hôtel Mercure
José Randrianjavoto, le directeur de l’hôtel Mercure en face de la gare de Quimper.  ©Matthieu GAIN

La Ville s’est engagée à former à l’accueil des victimes. Christophe Dagorne reprend : « Notre association est déjà attentive aux questions d’égalité femme-homme. Elles ont été intégrées à notre projet. En rejoignant le dispositif, l’idée, c’est d’être plus qu’un refuge. C’est d’être un lieu ressource. »

L’association de commerçants Les Vitrines de Quimper a émis des réserves. Geneviève Coadour, sa présidente :

Nous ne sommes pas contre mais les commerçants n’ont pas attendu ce dispositif pour tendre la main à des personnes en difficultés.

À l’hôtel Mercure, José Randrianjavoto conclut : « Il est important de faire savoir que tel ou tel commerce participe à Demandez Angela. Cela montre un engagement et c’est bon pour l’image de la ville. » 

Related Articles

En bref

A Mayet, le policier municipal est équipé d’une caméra piéton

Christophe Chaligné, policier municipal à Mayet, et le maire de Mayet, Pierre...

En bref

Stationnement à Bayeux : il reçoit le PV de trop et s’en prend aux ASVP et au maire

À force d’avoir des PV de stationnement, Simon* qui réside au centre...

En bref

Alençon. La chanteuse Adé en concert à La Luciole en octobre

La chanteuse est la première artiste à rejoindre la programmation d’automne de...

En bref

Tarn : des militants d’Extinction Rébellion s’en prennent aux agences d’une grande banque

Les militants d’Extinction Rebéllion s’en sont pris à des dizaines de distributeurs...