Djihad en Syrie: une Niçoise et ses enfants de retour en France?

Elle leur a dit oui lorsqu’on lui a demandé si elle voulait rentrer en France, alors que d’autres mères ont refusé. Mais on ne sait pas encore si elle était dans l’avion. Alors, on y croit, ce serait formidable », souffle, ému, un membre de la famille d’Andrea. Il essaie, depuis l’annonce du rapatriement collectif, de savoir si la Niçoise a atterri à Paris avec ses trois enfants. Une source proche du dossier indique cependant que les deux enfants de la belle-sœur d’Andrea, décédée en Syrie, feraient bien partie, des mineurs rapatriés.

Partis en septembre 2014

Andrea a aujourd’hui 35 ans. Un matin de septembre 2014, elle a quitté Nice avec ses deux garçons de 6 et 3 ans et son compagnon, Oussama, considéré comme le bras droit d’Omar Diaby, le recruteur de djihadistes responsable d’une quarantaine de départs pour la Syrie, dont 19 personnes de la même barre HLM du quartier Saint-Charles.

Avec eux, à bord de deux voitures de location, en route pour le Califat qui vient d’être proclamé, la famille d’Oussama: sa mère, ses deux sœurs dont l’une est enceinte, leurs conjoints et deux enfants. Andrea, convertie à l’islam, donnait des signes de radicalisation depuis environ deux ans. Oussama, lui, était surveillé par la police.

De camp en camp

Après plus de quatre ans passés au sein de l’État islamique, la Niçoise est arrêtée par les forces arabo-kurdes en mars 2019, avec ses deux garçons et sa fillette née en 2016 dans l’enfer syrien. Oussama fait l’objet d’un mandat d’arrêt international, suspecté de travailler au sein du service de propagande de Daesh.

Andrea et les petits sont emmenés au camp kurde d’Al-Hal, dans le nord est de la Syrie. Puis, ils se retrouvent au camp de détention de Roj. Andrea s’occupe aussi des deux enfants de la sœur d’Oussama, décédée en Syrie. En décembre dernier, tous les six ont été transférés au camp Roj 2, contrôlé par les Kurdes.



Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.