News 24-7

en 13 ans, le Parti socialiste a perdu 90% de ses adhérents dans son fief historique

Entre désindustrialisation, détournement des électeurs vers d’autres formations politiques et mutation des formes d’engagement, le PS montre des signes de vacillement dans son fief nordiste. La chute libre du nombre d’adhérents va de pair avec la perte de nombreuses fonctions dans les collectivités territoriales.

Le département du Nord et le Parti socialiste font-ils toujours la paire? C’est en tout cas à Lille que Anne Hidalgo a choisi, ce samedi, d’être intronisée par le PS pour tenter de faire enfin décoller sa campagne présidentielle.

Si ce territoire, majoritairement ouvrier, a été acquis aux socialistes pendant des années en prenant fait et cause pour les travailleurs, qu’en est-il aujourd’hui? Pour Baptiste Ménard, adjoint au maire à Mons-en-Barœul, le Nord reste avant tout le « berceau du socialisme municipal ». Roger Salengro ou Pierre Mauroy ont laissé, selon lui, l’empreinte durable du PS dans les communes nordistes. Son discours demeure effectif:

« Ce que nous incarnons et ce que nous portons entre en résonance avec notre territoire du Nord, avec un certain nombre de classes populaires et moyennes », appuie le membre du bureau national du PS, interrogé par BFM Lille.

La baisse du nombre d'adhérents du PS dans le Nord est égale à une hémorragie de 90% de ses forces vives.
La baisse du nombre d’adhérents du PS dans le Nord est égale à une hémorragie de 90% de ses forces vives. © BFMTV

90% d’adhérents en moins dans le Nord en 13 ans

Or, c’est pourtant bien le divorce qui semble être acté à l’heure actuelle. Alors que le parti comptait 10.000 adhérents en 2008, le chiffre est depuis en chute libre, le PS ne rassemblant plus que 1 200 membres actifs dans le département en 2021. Le calcul se révèle sans appel: 90% des forces vives ont quitté le navire socialiste en l’espace de treize années.

La désaffection des Nordistes pour le PS se traduit également dans les urnes. En moins de quinze ans, les socialistes ont perdu la tête du conseil régional, du département du Nord ou encore la présidence de la métropole européenne de Lille. S’ajoutent à cette liste des municipalités, à l’instar de celles de Roubaix, Tourcoing, Loos ou Maubeuge.

Désindustrialisation et nouvelles formes d’engagement

La désindustrialisation a mis à mal l’ancrage local du PS, foncièrement lié au sujet de la défense des travailleurs. Les électeurs se sont progressivement tournés vers d’autres formations politiques, qui dament désormais le pion aux socialistes dans certaines localités.

Par ailleurs, les évolutions du mode d’action et d’engagement, notamment chez les plus jeunes, ont également contribué à rebattre les cartes au détriment du PS.

« Aujourd’hui, on s’engage pour une cause qui nous tient à cœur: la cause animale, la lutte antiraciste, le mouvement féministe. On s’engage, on fait une pétition, on organise un stand-up et on fait cela pendant un mois, deux mois… Et puis ensuite, on repart à la vie civile », analyse Baptiste Ménard.

Le fief historique du PS pourrait ainsi poursuivre son effritement: certaines villes du Nord n’ont plus de candidats socialistes lors des élections municipales.



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire