Home En bref En moyenne, le Big Mac coûte plus cher dans les McDonald’s de la Manche
En bref

En moyenne, le Big Mac coûte plus cher dans les McDonald’s de la Manche

Deux steaks hachés, du fromage, une sauce spéciale, de la laitue, des cornichons et des oignons entre deux tranches de pain au sésame.
Les ingrédients du Big Mac, eux, ne changent jamais : deux steaks hachés, du fromage, une sauce spéciale, de la laitue, des cornichons et des oignons entre deux tranches de pain au sésame. (©Titouan LECHEVALLIER/La Presse de la Manche)

« Venez comme vous êtes. » Si les plus de 1 500 restaurants McDonald’s de France partagent le même slogan, les prix des produits diffèrent. Ainsi, nos confrères du journal Le Parisien ont publié le 21 janvier 2023 une carte recensant le prix du Big Mac dans chaque établissement du pays. « Le plus cher est vendu jusqu’à 6,90 euros dans tous les restaurants de Dijon (notamment) quand le moins cher est à 4,45 euros à Vincennes », relève Le Parisien.

Selon eux, la moyenne nationale est fixée à 5,40 euros. Un chiffre légèrement inférieur à la moyenne dans la Manche, qui s’établit à 5,65 euros. Par ordre croissant, le sandwich coûte 5,40 euros dans les trois McDonald’s de La Glacerie, Cherbourg-Octeville et Équeurdreville; 5,70 à Pontorson; 5,80 à Avranches, Coutances, Granville, Saint-Lô et Saint-Hilaire-du-Harcouët. 

Quatre franchisés dans la Manche

Ces tarifs fluctuent surtout d’une franchise à l’autre, puisque ce sont les propriétaires (ou franchisés) des restaurants qui fixent les prix. Dans la Manche, les restaurants sont gérés au total par quatre franchisés différents : un pour Cherbourg, un pour La Glacerie et Équeurdreville, un pour Pontorson et un autre pour les cinq restants. 

Dans l’élaboration de leur carte, les gérants sont accompagnés par McDonald’s France, filiale tricolore de la chaîne de restauration rapide. « Ils fixent une fourchette de prix à respecter, mais c’est au franchisé que revient le dernier mot », indique-t-on dans un fast-food du Sud-Manche.

Plusieurs critères 

De nombreux critères sont pris en compte pour définir le prix des produits. « Cela dépend de la ville où l’on se trouve, du pouvoir d’achat et du profil de la clientèle, de la démographie, etc. », confirme Sylvie Mota, franchisée McDo de La Glacerie et d’Équeurdreville. Mais, selon le McDo de Pontorson, le critère principal demeure le coût d’achat des matières premières, chaque franchisé ayant ses propres fournisseurs

La concurrence proche, autrement dit les autres fast-foods implantés dans les environs, est également observée de près. « On compare ce qui est comparable. Pour le Big Mac, par exemple, la comparaison est faite par rapport aux produits phares des autres chaînes », poursuit Sylvie Mota. « On étudie aussi l’offre des confrères les plus proches. À Cherbourg, notamment, on essaie de pratiquer les mêmes prix dans tous les restaurants. »

À lire aussi

  • Cotentin. La construction d’un nouveau restaurant McDonald’s pourrait débuter en 2023

Des chiffres à comparer 

Au-delà du Big Mac, les prix de tous les produits peuvent varier d’un restaurant à l’autre. « Ce n’est pas parce que le Big Mac est un peu plus cher chez nous, que tout le reste l’est », assure Sylvie Mota, qui regrette que Le Parisien n’ait pas pris en compte la gamme dans sa totalité. « À Cherbourg, sur la globalité de la carte, nous sommes plutôt dans la moyenne basse. »

Exemple concret : dans un McDo parisien où le Big Mac est vendu à 4,60 euros, les clients doivent débourser 6,80 euros pour un Wrap Chèvre et 2,70 euros pour un P’tit Wrap. Soit 70 à 90 centimes de plus que dans les restaurants cherbourgeois.

L’inflation coûte cher

Autre illustration encore plus frappante : alors que le Big Mac est proposé à 4,95 euros dans un établissement des Champs-Elysées à Paris, la boîte de 20 nuggets y est vendue à 13 euros et le Big Tasty à 8 euros. À titre de comparaison, ces mêmes nuggets coûtent 11,40 euros à Cherbourg, le Big Tasty 6,80 euros. 

Pour revenir à notre Big Mac, le « produit phare de McDonald’s », son prix varie d’une manière générale assez peu. « C’est celui qui bouge le moins. Nous l’avons augmenté l’an dernier, mais cela faisait depuis très longtemps que je n’y avais pas touché », souligne Sylvie Mota. En cause : l’inflation et « le coût des matières premières qui a grimpé de 30 à 40 % ». Mais cela, bien évidemment, ne concerne pas uniquement McDonald’s…  

Related Articles

En bref

Marne : Sylvie Bruneaux devient la nouvelle bâtonnière de saint Vincent

Fête faite de traditions, la Saint-Vincent fait honneur au village. ©LPB C’est...

En bref

Marne : le brevet des collèges, souvenir pour les uns, angoisse pour les autres…

Des élèves fiers de recevoir leurs diplômes ©DR Ils sont 73 anciens...

En bref

Foot (N3). Fougères poursuit son impressionnante série

Simon, double buteur ©La Chronique républicaine Il ne fallait pas arriver en...

En bref

Château-Thierry : collège et lycée à l’heure allemande

À l’issue de la réception à l’hôtel de ville. ©LPB Les élèves...