A la une

En recueillement à Buffalo, Joe Biden dénonce le « poison » du suprémacisme blanc

Publié le :

Le président américain et son épouse, Jill Biden, se sont rendus mardi à Buffalo, dans l’État de New York, où une fusillade à motivation raciste a coûté la vie à dix personnes afro-américaines samedi. Joe Biden a notamment déclaré que la tuerie de Buffalo était un acte de « terrorisme » et a dénoncé le « poison » de la théorie du suprémacisme blanc.

Une brassée de fleurs blanches et un signe de croix : le couple présidentiel, Jill et Joe Biden, s’est recueilli mardi 17 mai à Buffalo, où dix personnes afro-américaines ont péri samedi, victimes d’une tuerie raciste.

Peu après leur arrivée dans cette ville du nord-est des États-Unis, le président américain et son épouse se sont rendus près du supermarché Tops, où a eu lieu l’un des pires massacres racistes de l’histoire récente aux États-Unis. Sous un soleil éblouissant, ils se sont avancés vers des bouquets, des mots et des bougies amassés au pied d’un arbre, dans un silence troublé seulement par le souffle du vent et le cliquetis des appareils photo. Jill Biden a déposé une brassée de fleurs blanches. Joe Biden, après avoir retiré ses lunettes de soleil, s’est signé.

Joe Biden a dénoncé avec véhémence le « poison » du suprémacisme blanc et ceux qui contribuent à le répandre. Dans cette ville de l’état de New York, où un jeune homme adepte de théories complotistes telles que celle du « grand remplacement » a commis un massacre au fusil d’assaut, le président américain a parlé d’un acte de « terrorisme ».

Évoquant cette thèse raciste du « grand remplacement », Joe Biden, très ému, très solennel, a asséné : « J’appelle tous les Américains à rejeter ce mensonge et je condamne tous ceux qui le répandent pour gagner du pouvoir, des voix, de l’argent ».

« Ceux qui prétendent aimer l’Amérique ont donné trop de combustible à la haine et à la peur », a encore lancé le démocrate, sans toutefois mentionner de noms ou d’affiliation partisane. « Ce venin, cette violence ne peuvent pas être l’histoire de notre époque », a-t-il plaidé, alors que les États-Unis ont connu ces dernières années plusieurs tueries visant des Afro-Américains, des Juifs, des personnes d’origine latino-américaine.

Le couple présidentiel a prévu de rencontrer des familles de victimes, des membres des équipes de secours et des responsables locaux, avant que le président ne prononce un discours, à 17 h GMT.

Plus de 200 « fusillades de masse » aux États-Unis depuis le début de l’année

Le démocrate âgé de 79 ans veut désigner le massacre « pour ce qu’il est : du terrorisme motivé par une idéologie haineuse et perverse, une idéologie qui déchire l’âme de notre pays », selon un responsable de la Maison Blanche.

La tuerie de Buffalo rappelle cruellement que Joe Biden, élu sur un message d’unité, n’a pas réussi jusqu’ici à apaiser une Amérique minée par la haine raciale et la violence par armes à feu.

Le président, tout en sachant pertinemment que son parti n’y dispose pas d’une majorité suffisante, veut malgré tout appeler mardi le Congrès à « agir pour que les armes de guerre ne circulent pas dans nos rues » et pour que les « armes à feu ne se retrouvent pas dans les mains de criminels ou de personnes souffrant de graves maladies mentales. »

Le démocrate appelle depuis longtemps à interdire les armes d’assaut – comme celle utilisée dimanche. C’est ce qu’avait fait par exemple la Nouvelle-Zélande après la tuerie raciste contre des mosquées de Christchurch en 2019, un massacre dont s’est d’ailleurs inspiré le meurtrier présumé de Buffalo, Payton Gendron, 18 ans.

Joe Biden voudrait aussi imposer une vérification des antécédents judiciaires et psychiatriques des personnes achetant des armes à feu. Mais il bute sur une opposition républicaine très attachée au droit constitutionnel à porter des armes, et sur le puissant lobby du secteur, la NRA.

L’organisation Gun Violence Archive décompte déjà cette année plus de 200 « fusillades de masse » aux États-Unis – soit 10 par semaine en moyenne – au cours desquelles quatre personnes au moins ont été blessées ou tuées.

« Motivé par la haine »

La fusillade de samedi est comptée dans cette liste. Un jeune homme blanc, avec son fusil d’assaut, a commis « un crime raciste motivé par la haine », selon les autorités.

Avant le massacre, Payton Gendron a publié un manifeste de 180 pages, où il se définit lui-même comme « fasciste », « raciste », « antisémite » et se réclame de la théorie complotiste du « grand remplacement ».

Joe Biden rappelle souvent qu’il avait décidé de se lancer dans la course à la Maison Blanche après avoir vu l’ultra-droite parader en août 2017 à Charlottesville (Virginie, sud). Une jeune femme avait trouvé la mort, après qu’un sympathisant néo-nazi eut foncé en voiture dans un groupe de manifestants anti-racistes.

Depuis son élection, il promet de réparer l' »âme » d’une Amérique qui serait, par essence, unie. Mais il manque de leviers pour passer à l’acte.

Contraint par sa trop mince majorité parlementaire, confronté à des États conservateurs dotés de prérogatives étendues, limité par une Cour suprême désormais fermement ancrée à droite, il a dû se contenter d’agir à la marge, par décrets, sur le contrôle des armes à feu.

Joe Biden, qui a promis de protéger les Afro-américains, n’a par ailleurs pas réussi à faire voter une législation fédérale protégeant l’accès aux urnes des minorités, menacé dans les États du Sud aux mains des républicains.

Avec AFP



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 651

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.