A la une

Essonne. La plus grande ferme de panneaux solaires d’Île-de-France se trouve à Marcoussis

Avec plus de 58 000 panneaux, la ferme solaire de Marcoussis fournira chaque année de l'électricité pour 10 000 habitants
Avec plus de 58 000 panneaux, la ferme solaire de Marcoussis fournira chaque année de l’électricité pour 10 000 habitants (©Actu Essonne – TB)

Malgré l’arrivée de l’automne, le soleil brillait ce matin du lundi 4 octobre 2021. Une aubaine pour inaugurer la nouvelle ferme de panneaux solaires de la commune de Marcoussis (Essonne).

Plus de 58 000 panneaux solaires

Ce projet a été imaginé il y a quelques années par le maire de la ville, Olivier Thomas. Lors d’un salon des maires organisé à Paris, le premier édile explique être tombé sur le stand de la Compagnie du vent, aujourd’hui devenue une filiale d’Engie.

« J’ai remarqué leurs petites éoliennes en bois », raconte ce dernier. L’élu y voit l’occasion de pouvoir transformer la « Friche des Arrachis » grâce à l’installation d’une centrale solaire. « Avec un sol déjà artificialisé, c’est un bon moyen d’utiliser ce lieu-dit », ajoute Olivier Thomas.

Développée conjointement avec le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France (Sigeif) et Engie Green, cette ferme solaire compte désormais 58 296 panneaux photovoltaïques, soit 23 hectares.

Une forte mobilisation des habitants d’Île-de-France

Plus d’un an après le lancement des travaux, le chantier est allé vite. Une rapidité salué par Jean-Jacques Guillet, le président du Sigeif : « Les choses se sont faites à une vitesse fulgurante. Cela a été rendu possible par la volonté de Marcoussis et de ses habitants. »

Sur les 18 millions d’euros dépensés, 1,4 millions ont été levés par un financement participatif réalisé auprès des Franciliens, donc 528 000 euros par les habitants de Marcoussis. « J’ai été impressionné par cette mobilisation, souligne le maire. Cela montre qu’il y a un intérêt citoyen. »

Une participation également saluée par Catherine MacGregor, la directrice d’Engie : « Cela montre que face au défi des énergies renouvelables, les citoyens font partie de la solution. »

Le photovoltaïque, « pièce maîtresse » de la transition écologique

Avec une production de 21 mégawatt/h, ces 58 296 panneaux solaires fourniront chaque année de l’électricité pour 10 000 habitants, soit un peu plus que la ville de Marcoussis. « Cela évitera également de consommer 22 000 tonnes de CO2 », ajoute Catherine MacGregor.

Car l’objectif principal reste environnemental et Barbara Pompili, la ministre de l’Écologie, a fortement insisté sur la lutte contre le changement climatique : « La ferme solaire est l’une des pièces maîtresses de la transition écologique. »

Barbara Pompilii, la ministre de l'Écologie, s'est rendu sur le site ce matin. Elle considère la ferme solaire comme
Barbara Pompili, la ministre de l’Écologie, s’est rendu sur le site ce matin. Elle considère la ferme solaire comme « une solution pour atteindre la décarbonisation en 2030 » (©Actu Essonne – TB)

Les enjeux sont également l’indépendance énergétique de la région Île-de-France (95 % de son électricité vient d’ailleurs) et l’augmentation des besoins en électricité dans les prochaines années (20 % supplémentaires).

Des brebis au milieu de la ferme ?

Enfin, tout autour cette grande floraison de panneaux solaires, se dresse un éco-système que les acteurs du projet souhaitent protéger. Pour cela, deux « zones refuges » ont été créées pour « maintenir la présence d’insectes et d’oiseaux » comme la mante religieuse.

Des percements de la clôture ont été réalisés pour préserver la circulation de la faune locale ainsi que le renforcement des zones boisés des alentours doivent minimiser l’impact environnemental de la ferme solaire.

Outre ses aménagements, Olivier Thomas souhaite faire paître entre les panneaux un élevage de 300 brebis. « Une bergerie verra le jour d’ici deux à trois ans. Pour l’instant, nous allons observer la repousse sous les panneaux », indique l’élu.

Un nouveau projet qui pourrait être mis à mal par la présence du Sainfoin d’Espagne, une plante toxique pour les brebis et « qu’il faudra éradiquer manuellement » selon le maire.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Essonne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 090

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.