Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sports

Étoile lavalloise. Louis Marquet a goûté aux Bleus

Louis Marquet a disputé son premier match en équipe de France. (© LFPL G. Brochet)
Louis Marquet a disputé son premier match en équipe de France. (©(LFPL G. Brochet))

Travail et humilité. Deux mots pour définir Louis Marquet. Le gardien de l’Étoile lavalloise a disputé son premier match avec l’équipe de France de futsal mercredi 29 septembre. « Il n’était pas là pour le talent mais grâce au travail », lance son entraîneur André Vanderlei.

Du travail, Louis Marquet en a accompli depuis plus d’un an alors que la compétition a été mise entre parenthèses. Le premier à arriver et le dernier à partir de l’entraînement chaque jour.

« À la base, intrinsèquement, je n’ai pas de qualités qui sont au-dessus pour un gardien. J’ai toujours eu un travail acharné. Je me suis toujours battu. J’ai la chance d’avoir André qui est un forcené du travail et qui m’accompagne tous les jours pour atteindre mes objectifs. »

Louis Marquet, 28 ans.

« Pas un aboutissement »

Déjà convoqué avec l’équipe de France il y a un an, Louis Marquet n’avait pas goûté à une première sélection. Face à la Norvège, où les Bleus ont gagné 6-2, cela a été chose faite. « C’est une immense fierté de représenter la France mais ce n’est pas un aboutissement », lance le Lavallois qui a toujours porté les couleurs de l’Étoile en futsal. Sans limite. Jamais.

Louis Marquet veut aller encore plus haut, « vivre d’autres émotions encore plus grandes. Pourquoi pas jouer un Euro ».

De l’émotion, André Vanderlei, son entraîneur à Laval, en a vécu devant sa télévision. Il n’y a qu’à évoquer le nom de son gardien, en équipe de France, pour voir dans ses yeux toute la fierté ressentie.

« Être derrière l’écran et supporter quelqu’un, c’est une émotion particulière. En même temps qu’on est entraîneur, spectateur, là on devient un grand fan de quelqu’un qui a bossé pour ça. Par moments, j’ai plongé avec lui pour pas que le ballon ne rentre. Il a bossé et c’est mérité. Je pense qu’il a démontré qu’il a largement la place pour revenir. »

André Venderlei.

Louis Marquet a d’abord évolué au Stade lavallois en jeune avant de découvrir le futsal il y a 8 ans. Sa marge de progression est encore grande. « On a fait un bilan avec l’entraîneur des gardiens (N.D.L.R. : Thomas Bartolini). Il m’a amené les axes de travail pour pouvoir progresser et améliorer certaines choses. On a échangé sur ce qui était bien et pas bien pour être encore plus performant », explique-t-il.

« Montrer aux enfants que ce n’est pas inaccessible »

À ses débuts en futsal, Louis Marquet n’aurait pas cru porter le maillot de la sélection nationale : « À la base, ce n’était pas un rêve. Le premier objectif était de jouer, maintenir le club en ligue 2. L’équipe de France, je n’y pensais pas. J’étais en plein apprentissage de ce sport. »

Aujourd’hui, l’Étoile lavalloise est montée en D1 et son capitaine porte haut les couleurs du club en équipe de France. De quoi faire rêver les jeunes de l’académie.

« Des enfants du club me reconnaissent. Si je peux donner du rêve aux jeunes Mayennais et aussi un élan pour qu’ils puissent faire au moins ça ou essayer de suivre ça s’ils en ont l’envie, je veux leur dire que ce n’est pas inaccessible, qu’on peut y arriver, même dans une petite ville », conclut le Lavallois.

Laval affronte Toulouse ce samedi 9 octobre à l’Espace Mayenne. Coup d’envoi à 16h.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Courrier de la Mayenne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire