Home En bref Exclue définitivement du lycée pour une insulte sur Snapchat, l’élève conteste l’accusation
En bref

Exclue définitivement du lycée pour une insulte sur Snapchat, l’élève conteste l’accusation

Lina (de dos) relit la capture d'écran qui a conduit à son exclusion définitive du lycée François-Villon des Mureaux. Nadia, sa mère, demande réparation.
Lina (de dos) relit la capture d’écran qui a conduit à son exclusion définitive du lycée François-Villon des Mureaux. Nadia, sa mère, demande réparation. (©Fabien Dézé)

« C’est vrm (vraiment, N.D.L.R.) une grosse p…. » C’est ce message, publié le 14 décembre 2022, sur un groupe privé Snapchat, propre à sa classe de Terminale ST2S, qui a valu à Lina, une jeune fille de 17 ans, son exclusion définitive du lycée François-Villon des Mureaux (Yvelines), le jeudi 12 janvier 2023, à quelques jours seulement de passer ses épreuves de bac blanc.

L’enseignante était-elle visée ?

Dans la conversation, ce message « insultant » intervient juste après une capture d’écran d’une camarade de classe, rapportant le mail d’une enseignante de ST2S. Dans ce dernier on peut lire : « Ne pouvant poursuivre le cours aujourd’hui au vu du nombre d’élèves présents, nous finirons demain le contexte 13 et nous nous entraînerons pour le bac blanc de la rentrée. En d’autres termes, pas de goûter possible. »

Lina est « à bout psychologiquement »

Cette conversation est revenue bien mystérieusement aux oreilles de la direction du lycée. Cette dernière a estimé qu’il s’agissait d’une insulte contre une enseignante. Reçue par la proviseure dès le 16 décembre 2022, le jour des vacances scolaires, Lina a finalement été exclue du lycée plus de trois semaines plus tard, après un conseil de discipline auquel elle et ses parents n’ont pas assisté, n’ayant, selon leurs dires, pas reçu la convocation.

Les précisions du rectorat

Le rectorat de Versailles a souhaité effectuer quelques précisions suite à l’exclusion définitive de Lina. « Comme le veut la procédure, un courrier recommandé avec accusé de réception a été envoyé à sa famille, qui n’était pas présente le jour de sa distribution et n’a pas été le récupérer à la Poste. Le jour de son conseil de discipline, la jeune fille n’a pas souhaité se présenter car ses parents n’étaient pas là. Le conseil de discipline a décidé d’exclure définitivement la jeune fille. »
Le rectorat explique ensuite que quelques jours plus tard, à l’occasion du passage d’une épreuve de bac blanc, la jeune fille, accompagnée de plusieurs proches, a souhaité se présenter à l’épreuve. « L’accès lui a été refusé conformément à la décision de sa suspension en conseil de discipline. Les personnes regroupées ont souhaité entrer pour rencontrer la direction. La mère, accompagnée d’une autre personne, a été reçue par le chef d’établissement. Les parents de la jeune fille contestent cette décision et ont fait appel. La direction départementale des services de l’éducation nationale et le rectorat sont attentifs à la situation et accompagnent l’équipe pédagogique. »

La lycéenne nie tout en bloc

Sous le choc, Lina a consulté un psychiatre le soir même où l’affaire a éclaté, puis un autre le 14 janvier après son exclusion. Elle est dans un état d’angoisse inquiétant. « Une accusation difficile à accepter » selon ses propres mots. Surtout, la lycéenne nie tout en bloc. « Ce message n’était pas adressé à mon enseignante. Je répondais à un message précédent d’une amie. »

Pour la déléguée syndicale Sonia Hamdouchy, qui suit l’affaire, « les propos de Lina ont été sortis de leur contexte ».

« Si on regarde bien le mail de l’enseignante, il n’y a aucune raison de vouloir l’insulter »

Sonia HamdouchyDéléguée syndicale CGT

« Enfermée dans sa chambre durant toutes les vacances de Noël », selon sa mère Nadia, Lina a vécu un nouveau choc au moment de l’annonce de son exclusion définitive. Élève sans histoire, Lina assure n’avoir aucun problème avec l’enseignante de ST2S qu’elle côtoie depuis l’an dernier, huit heures par semaine.

« On ne lui laisse aucune chance »

Alors que Nadia a arrêté de travailler, craignant que sa fille « fasse une bêtise », Sonia Hamdouchy espère un revirement de situation dans les jours à venir.

« Il faut annuler cette décision et qu’elle retourne passer ses examens. Elle n’a jamais eu de problèmes de discipline, ni à l’école, ni au collège, ni au lycée. Et là, on ne lui laisse aucune chance. J’espère que le rectorat aura la lucidité de lui laisser continuer son année. Dès le mois de mars, elle doit passer ses épreuves de spécialité du bac »

Sonia HamdouchyDéléguée syndicale CGT

Contactée le lundi 23 janvier 2023, la direction du lycée François-Villon n’a pas souhaité communiquer sur le sujet et nous a renvoyés vers le rectorat.

Related Articles

En bref

Cherbourg. Ce traditionnel concert de jazz vous fera voyager jusqu’au Brésil !

Le Paris Gadjo Club au complet. (©DP) Le dimanche 5 février 2023,...

En bref

Les élus du Val-d’Oise manifestent devant la préfecture contre à la hausse des charges

C’est à l’appel du maire (Lr) de Franconville, Xavier Melki, que ce...

En bref

Aude. le 4eme Salon du dessin contemporain de Narbonne a ouvert ses portes

Le quatrième Salon du dessins contemporain accueille 16 artistes émergents d’Occitanie et...

En bref

Politique. L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve lance son mouvement

Bernard Cazeneuve souhaite incarner à gauche une ligne sociale-démocrate et réformiste. (©Archives...