FAIT DU SOIR À Nîmes, l’Expo de Ouf ! anime et colore un été populaire

Le Spot, rue Enclos Rey à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

L’Expo de Ouf ! est une bizarrerie nîmoise. Il y a plus de dix ans et alors qu’un quartier populaire tombait littéralement en lambeaux, une association a eu l’excellente idée de faire venir des artistes de rue pour redonner un second souffle au secteur. Ce sera encore le cas cette année du 10 septembre au 30 octobre 2022. Le thème ? « 10 nous tout ».

Avec le recul, nul ne s’opposerait à ce geste artistique qui remet au coeur de la vie quotidienne des quartiers populaires. Gambetta ou encore Richelieu n’avaient pas franchement la côte quand on en parlait à des touristes. Dis ans plus tard, avec les fresques, le décorum et l’ambiance qui règne sur place, les mentalités ont évolué. « C’est un circuit touristique comme un autre. Des gens viennent pour les monuments romains, d’autres pour voir de l’art. Ici, l’exposition a réintégré le tourisme dans des quartiers qui ne voyaient plus passer que des Nîmois« , lance une habitante de la rue Enclos Rey, base du Spot.

Laurent Kilani et Lauréline Tellier (Photo Anthony Maurin).

Nouvel arrivé dans l’aventure après un changement de direction, Laurent Kilani, directeur artistique de l’événement rassure le public : « Cédric et les fondateurs m’ont confié les clés, nous nous sommes structurés car la coopérative compte aujourd’hui 95 sociétaires. Nous continuons, nous voulons créer du lien avec une culture où nous avons tous quelque chose à raconter. On a une autre manière de concevoir la programmation mais l’Expo de Ouf ! ne fait qu’évoluer. »

Au programme ? Une grande exposition collective, des concerts, des performances, des artistes plus ou moins louches, des visites guidées, des fresques murales, des ateliers artistiques et surtout, surtout, des bons moments culturels de partage et de convivialité. Voilà ce qu’est l’expo de Ouf ! Dans le secteur et pour l’Expo de Ouf, 130 fresques murales sont à voir et près de 500 artistes ont bossé sur les divers événements de la dernière décennie. On estime à 30 000 le nombre de visiteurs à l’année et à 10 000 sur les deux mois que dure le festival.

En 2020, le plan des fresques (Photo Archives Anthony Maurin).

Cette année, l’expo se recentre sur le quartier Richelieu. En effet et après avoir garni Gambetta de près de 100 fresques, Richelieu n’en a à peine qu’une trentaine. Insuffisant. En tout pour 2022, ce sont dix nouvelles fresques qui viendront colorer les deux quartiers. Lauréline Tellier, du Spot, explique : « Même notre affiche a été faite par un artiste que l’on a rémunéré comme s’il faisait une fresque. On pourra la vendre ! C’est la même personne qui a fait la fresque qui est à côté de l’Archipel. Nous avons choisi un thème global, en consultant les habitants, on a eu envie qu’ils nous donnent des idées. »

L’inauguration prendra ses quartiers au Spot le 10 septembre à 19h. « On a augmenté la fête et les surprises depuis deux ans. Je viens du monde du théâtre de rue alors je place des interventions particulières comme des acrobates par exemple. Cette soirée a lieu en complémentarité avec l’anniversaire de Paloma qui devrait d’ailleurs s’inviter à nos festivités. On espère que la rue Enclos Rey sera bloquée aux voitures car c’est un vrai danger« , note Laurent Kilani.

En plein préparatifs il y a deux ans… à l’intérieur du Spot (Photo Archives Anthony Maurin).

Dix fresques sur les murs extérieurs d’autant de maisons de ces quartiers, mais aussi une autre exposition, à l’intérieur du Spot, qui réunira une trentaine d’artistes pour 200 à 250 oeuvres sur les deux niveaux du Spot. Pour en revenir aux fresque murales extérieures, une sera créée par Foa et surtout Maria Corrales Orovio sur les murs de la résidence autonome de la rue Enclos Rey (250m²).

Côté Richelieu, les murs du Cercle de l’Avenir et du PCF seront aussi offerts aux artistes Tito & Mulk, des parisiens. Avec et ses petits personnages seront à découvrir près de la place Saint-Charles, tout comme le Module de Zeer by Mehdi Cibille. Elias Taõ, ami du Nîmois Foa, vient quant à lui de Valencia et Bouda est une Lyonnaise qui est déjà venue s’exercer à Nîmes. Un autre nîmois, Will, fera ses adieux avec un certain panache. Le public pourra également retrouver le travail des éditions 6 pieds sous terre.

Deux nouveautés. La première est le partenariat avec les Beaux-Arts nîmois. Beaucoup de choses à venir dont un mur travaillé par une étudiante en cinquième année non loin de la place Saint-Charles. Autre projet neuf, celui du 8 de la rue de Bourgogne. Thierry Garcia, qui habite le quartier depuis trois ans, a très mal vécu l’abattage de quelques arbres qui furent étêtés dans le cadre d’un programme immobilier visant à supprimer une verrue qui salissait l’angle des rue Rangueuil et de Bourgogne. Il a demandé une fresque apaisante et ultraréaliste avec forêt et cascade pour calmer ses ardeurs. De son côté, il fera (c’est son boulot) un dôme rafraîchissant avec l’eau de son puits personnel.

(Photo Archives Anthony Maurin)

Des projets participatifs sont aussi à découvrir. Avec Nuées d’oiseaux, tout un chacun (quartier Richelieu) pourra récupérer un pochoir créé par Marianne Villière illustrant des oiseaux pour les remplir de blanc de Meudon afin d’alerter la population sur la forte baisse des populations d’oiseaux ces dernières années (plus d’information au 04.66.36.85.64 ou lespotlasso@gmail.com, NDLR).

Pour les habitants de Gambetta et de Richelieu, Caroline Selig « prêtera » une trentaine de ses chats rouges pour l’opération « Adopte un chat de Ouf ! » que les riverains devront mettre à leur fenêtre, terrasse ou balcon (plus d’information au 04.66.36.85.64 ou lespotlasso@gmail.com, NDLR). Tout cela viendra agrémenter les visites familiales d’une espèce de jeu de cache-cache avec les minous. Huit ateliers seront accessibles dans le cadre du festival Transat avec artistes, enfants et habitants des quartiers concernés.

Enfin et c’est peut-être « l’animation » la plus sympa, « Adopte un artiste » revient. Vous avez une chambre libre et vous souhaitez soutenir le Spot et ses artistes ? Accueillez un artiste qui oeuvre en faveur de l’Expo de Ouf ! Pendant quelques jours, sur la période du 22 août au 30 octobre, ils ont besoin de vous et vous vivrez un temps une vie d’artiste. Chacun se nourrira de l’expérience et de la vision du monde de l’autre, un partage inoubliable (plus d’information au 04.66.36.85.64 ou laureline@lespotnimes.com, NDLR).

Une nouvelle fresque rue de la Poudrière (Photo Anthony Maurin).

Dans le Spot, les artistes exposés seront Loodz, Liliane Ortega, Nesta RockYourWorld, Midou Doudou, Cobalt, Aurel Rubbish, Dr Ponce, Axel Roux, Spirale, Matt Roussel, Etus, Méthyl’N, Roxanne Bee, Capsmaan, Evazésir, Nebuleuz, Yandy Graffer, Polka, Shab, Leokadie, Mellea art, Manyoly, Cosmaq, Roma JVC, Sanckoblack, Woizo ou encore Bambi Bakbi.

Au programme de « 10 nous tout », un vernissage le samedi 10 septembre au Spot avec une soirée barrée. L’inauguration de la Mezzanine, 866 avenue Maréchal Juin le 23 septembre, la restitution des Rencontres Scènes Jeunesses le vendredi 30 septembre au Spot ou encore le Festival Transat des Ateliers Médicis au Spot avec le vernissage de l’expo le 30 septembre.

L’hyperréalisme (Photo Archives Anthony Maurin)

Nuit occupée déambulation urbaine aura quant à elle lieu le samedi 1er octobre dans les rues de Nîmes. Le premier Illegal magic coffee au Spot pour les amateurs de magie le 6 octobre, le Loto de Ouf toujours au spot le 8 octobre juste avant le coucou de la Fabrique de la ville qui a recensé dans le Gard une cinquantaine de tiers-lieux et qui en parlera.

Le dimanche 6 octobre, entre 10h et 13h, ne soyez pas surpris si vous tombez sur un homme quasi nu avec une queue de cheval et le chapeau d’un garde royal anglais… The crazy horse guard viendra faire le show et partira du Spot pour aller jusqu’aux arènes dans un voyage déjanté. Les Rendez-vous de la cervelle auront lieu le 20 octobre et devraient satisfaire les intellectuels amateurs de rire. La traditionnelle journée des sens a trouvé sa place le samedi 22 octobre et avec elle les visites tactiles, la dégustation à l’aveugle… Enfin, la clôture du festival s’étalera sur deux jours, les 29 et 30 octobre.

(Photo Archives Anthony Maurin)





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.