Faits divers

Faits divers – Justice | Jean-Luc Mélenchon condamné en appel pour diffamation envers un ex-journaliste

Par La Provence (avec AFP)

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a été condamné par la cour d’appel de Paris pour diffamation à l’encontre d’un ancien journaliste du Monde, qu’il accusait en 2018 d’avoir contribué à l’arrestation d’un militant contre la dictature chilienne.

L’ancien candidat à la présidentielle avait écrit en février 2018 sur Facebook un message reprochant au journaliste Pablo Paranagua d’avoir « balancé » un ex-militant contre la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990), avant d’être arrêté puis torturé. « C’est Paolo Paranagua qui l’a balancé? Solidarité avec les victimes des dictateurs latinos », avait alors publié sur Facebook Jean-Luc Mélenchon.

En première instance, le tribunal correctionnel n’avait pas reconnu de caractère diffamatoire aux propos publiés par Jean-Luc Mélenchon.

Dans le jugement consulté par l’AFP, la cour d’appel a cette fois indiqué que « ces propos, même exprimés sous forme dubitative avec un point d’interrogation à la fin de la phrase litigieuse, insinuent néanmoins clairement que Paulo Paranagua a pu contribuer à faire de ce militant politique une victime des dictateurs ». L’avocat de Paulo Paranagua, Me Vincent Tolédano, a dénoncé auprès de l’AFP des reproches sans « aucune espèce de fondement » et « totalement imaginaires« .

Condamné à verser un euro symbolique de dommages et intérêts au journaliste spécialiste de l’Amérique latine, Jean-Luc Mélenchon devra également dédommager la victime à hauteur de 2 000 euros au titre des frais de justice.

Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas présenté devant le juge dans le cadre de cette affaire.

Jean-Luc Mélenchon fait également l’objet d’une autre plainte de Paulo Paranagua, qu’il avait qualifié d' »assassin repenti » sur son blog « L’ère du peuple » en 2016. Condamné en première instance, les avocats de Jean-Luc Mélenchon ont fait appel du jugement.

Paulo Paranagua avait aussi attaqué Jean-Luc Mélenchon pour l’absence à l’époque de mentions légales sur le site melenchon.fr, indiquant que cela l’avait empêché d’assigner l’ancien député en diffamation au civil. 



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 13 126

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.