Home Sud Festival de la biographie à Nîmes : le regard de Thierry Lentz sur Napoléon III, empereur mal aimé
Sud

Festival de la biographie à Nîmes : le regard de Thierry Lentz sur Napoléon III, empereur mal aimé

Parmi la centaine d’invités, Thierry Lentz publie « Napoléon III, la modernité inachevée », un livre nuancé sur l’empereur des Français.

Pas facile de passer à la postérité quand on a eu comme principal contempteur Victor Hugo et quand Emile Zola a tenu la chronique sombre d’une époque avec les vingt tomes des « Rougon-Macquart » ! Après la défaite de Sedan, la République et ses hussards noirs n’ont pas eu de mal à construire une légende noire autour de Napoléon III, dernier empereur des Français.

Directeur de la fondation Napoléon s’emploie à éclairer d’un jour nouveau le règne de Napoléon III, le plus long depuis celui de Louis XIV, avec un livre très accessible, passionnant et remarquablement illustré grâce à une coédition avec la Bibliothèque nationale. Car le Second Empire est aussi celui d’un âge d’or de l’illustration dans la presse et du développement de la photo !

« La modernité inachevée », le sous-titre choisi par l’auteur, résume le paradoxe d’un homme et d’une époque. Dès ses jeunes années nomades, Louis-Napoléon Bonaparte passe son temps à comploter, mais il s’initie aussi aux idées de son temps, économiques et sociales. Après plusieurs tentatives de coups d’Etat, c’est légalement qu’il arrive au pouvoir, élu Président de la République en 1848, mais il ne s’encombre pas des blocages institutionnels, n’a pas l’intention de se contenter d’un mandat de quatre ans et restaure le pouvoir impérial.

En plus de deux décennies, le paysage de la France change incroyablement, avec le développement industriel, l’ouverture au commerce international, la modernisation des villes. Mais Napoléon III, pourtant rapidement conscient des problèmes sociaux qui accompagnent cet essor économique, reste prudent et entouré de conservateurs rétifs aux politiques sociales. Thierry Lentz montre la difficulté à cerner de façon préciser sa politique, parfois hésitante, tant au niveau intérieur que diplomatique.

Quand en 1870, alors que l’Empire vient de s’ouvrir aux libéraux, la France s’effondre face à la Prusse, Napoléon III bascule et avec lui toutes les ambitions bonapartistes.

« Napoléon III, la modernité inachevée », Thierry Lentz. Éditions Perrin Bibliothèque nationale de France. Forum des auteurs, samedi 28 janvier, 14 h, Atrium, Carré d’art.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

Sud

FOOTBALL L’OAC reprend son galop infernal !

<p><strong>Le r&eacute;cit du match.&nbsp;</strong>Le vent du nord qui souffle fort&nbsp;sera assur&eacute;ment un...

Sud

FAIT DU SOIR Plusieurs associations montent au créneau contre le projet de contournement Ouest de Nîmes

<p>Ce lundi 6 f&eacute;vrier marque le d&eacute;but de l'enqu&ecirc;te publique concernant le...

Sud

Ligue 2 : fatigue et inefficacité, cocktail perdant pour Nîmes Olympique face à Grenoble

Battus vendredi 4 février par Grenoble (0-2) lors de la 22e journée...

Sud

MÉTÉO FRANCE Quel temps dans le Gard, ce dimanche 5 février ?

<p>C'est un soleil g&eacute;n&eacute;reux qui brille le matin. En fin d'apr&egrave;s-midi, des...