Football : Michael Linhoff (US Fougères) : « Il faut des partenaires pour l’école de foot »

Derrière Michael Linhoff l'urban soccer foot à 5 en cours de finition.
Michael Linhoff préside l’US Fougères depuis 2019. ©Archives Chronique Républicaine

Quelle part représente le partenariat privé dans le budget de l’US Fougères ?

Aujourd’hui, c’est 40% de notre budget. Il y a encore deux ans, cela représentait 15%. On a fait un pas énorme en avant. Mais aussi parce qu’il y a de moins en moins de subventions et de dotations par la Ligue et la fédération.

Il y a donc un besoin de développer cet aspect « fonds privés » pour le club ?

Absolument. Pour plusieurs raisons. On se réjouit aujourd’hui que nous ayons plus de soixante entreprises fougeraises qui sont partenaires de l’US Fougères. On a pu créer l’année dernière le Business Klub qui se réunit toutes les six semaines au club house du golf du Bois-Guy. C’est un énorme succès parce qu’il y a un réseautage qui s’est créé et des intervenants venus de l’extérieur qui ont fait des présentations. Cela a super bien fonctionné et nous sommes heureux. Cela montre aussi que les petites et moyennes entreprises fougeraises sont présentes en masse. D’autant plus après une période de crise, on a eu l’effet opposé à ce qu’on craignait. Cela a été vraiment une prise de conscience qu’il faut communiquer et participer à la vie associative. Chacun prend sa responsabilité sociale et autre. C’est très important.

Votre priorité se porte sur l’école de football.

Le projet de l’US Fougères n’est pas absolument pas conditionné à notre équipe de N3. C’est un vrai club de football et une vraie association où nous avons une grande importance pour la section féminine, une énorme priorité pour l’école de football. Et c’est surtout pour cette dernière que nous avons besoin de partenariat. La N3, cela marche bien parce que nous avons eu un bon noyau dur de partenaires sur le maillot, la main courante… Maintenant il faut des partenaires pour l’école de foot. Je lance un appel à des groupes bien installés sur Fougères depuis quelque temps ou nouveaux sur le secteur à prendre parti dans la vie associative et sociale. Je pense que tout le monde a à gagner si Fougères a un bon club de foot et qu’il y a une belle vie associative autour de cela. J’espère que les groupes qui sont sur Fougères se montrent encore plus présents que ce qui était le cas jusqu’à aujourd’hui. On voit bien qu’onplus  a du mal à faire le même budget que Vitré (plus de deux fois le nôtre), Saint-Malo (N2) a quatre fois notre budget.

D’où l’importance d’aller chercher des partenaires encore plus grands ?

Oui et aussi parce qu’on a un problème de transport. On n’a pas du tout de minibus pour nos petits. Les deux minibus du club sont tout le temps pris pour les féminines, N3 ou autre. On n’a pas des infrastructures adaptées. Le rêve serait d’avoir un city soccer pour les plus jeunes, pour vraiment rendre le club attractif. Quand on regarde les locaux vétustes du club, ça laisse quand même à désirer. Tout cela, c’est parce qu’on n’arrive pas pour l’instant à enthousiasmer les plus grands groupes qui existent sur Fougères. Le tissu économique, social et environnemental est attractif pour Fougères, les salariés et les entreprises. J’ai bon espoir que nous arrivions à convaincre l’une ou l’autre. Surtout que tout ce financement d’une association sportive est déductible à 66%.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Chronique Républicaine dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.