A la une

Formule 1 Motonautique. Alexandre Bourgeot en route pour une médaille mondiale

C'est à bord de ce motonautique sous les couleurs de l'écurie Maverick Racing, entouréde son staff, qu'Alexandre Bourgeot (au premier plan) va tenter ce week-end de se hisser dans le top 5 mondial de Formule 1 motonautique de vitesse.
C’est à bord de ce motonautique sous les couleurs de l’écurie Maverick Racing, entouré de son staff, qu’Alexandre Bourgeot (au premier plan) va tenter ce week-end de se hisser dans le top 5 mondial de Formule 1 motonautique de vitesse. (©Marverick Racing)

C’est un petit phénomène qui va se produire en cette fin de semaine, à Figueira da Foz, au Portugal, où l’on pourrait assister au sacre mondial d’Alexandre Bourgeot, 40 ans, pilote de Formule 1 motonautique pour la formation française du Rhône, Maverick Racing.

Sur 24 pilotes, le Français , qui vit à La Heunière (Eure), occupe actuellement une très belle sixième place. Cette position est d’autant plus remarquable lorsque l’on sait qu’Alexandre Bourgeot participe pour la première fois aux Championnats du Monde.

Une première à 40 ans

Son aventure mondiale, Alexandre Bourgeot l’a commencée il y a quelques semaines, lorsque le staff de l’équipe française Maverick Racing, était en quête d’un second pilote :

« À La Heunière, j’ai ma propre équipe « Bourgeot Racing team », mais avec notre budget, il est impossible pour nous de participer à une telle compétition où même pouvoir concourir en Formule 1 vitesse. 

 Alexandre BourgeotPilote de Formule 1 Motonautique

Connaissant Alexandre pour ses performances en Formule 2 vitesse et en Formule 1 endurance (vice-champion de France en 2017), l’écurie mâconnaise lui propose de devenir le second pilote pour cette saison de reprise qui se déroule en trois courses.

Normalement, avant d’obtenir une licence officielle dans une écurie, le pilote est testé sur trois ou quatre courses. Mais satisfait de son résultat à Monza, en Italie le 13 septembre 2021, l’écurie française valide le Normand.

Pas si amateur

Pour bien comprendre la performance qu’a réalisée le Français, il faut savoir qu’il ne teste son bolide que seulement une à deux heures avant les premiers tours de qualification. « Ce qu’il faut, c’est parvenir à garder les sensations pour réitérer les performances. »

Pour sa première, Alexandre se hisse en douzième position, sur la ligne de départ, et parvient, par ses qualités de pilote, à finir sixième devant le pilote numéro un du Maverick Racing.

Autre point à prendre en considération, le fait que la formation mâconnaise est 100 % amateur, là où chez les autres nations, ils ont affaire à des professionnels.

« Les Américains, les Pays arabes ou encore la Norvège ont des appuis financiers importants. Nous, on parvient à sortir notre épingle du jeu grâce à nos connaissances, en faisant nous-mêmes notre propre diagnostic. »

Alexandre BourgeotPilote de Formule 1 Motonautique

Continuer le rêve

Pour les deux dernières courses de la saison, si comme tout compétiteur, Alexandre Bourgeot se réserve le droit d’aller chercher le titre de champion du Monde, il n’en demeure pas moins humble et préfère procéder par étapes.

« Dans un premier temps, mon objectif est de terminer les deux courses. Ensuite, si je peux intégrer le top 5 ça serait magnifique. Après pour le reste, rien n’est écrit », conclut le pilote avec un large sourire, dissimulé derrière son masque.

Courses vendredi 26 et dimanche 28 novembre, à 15 h 30, sur le live www.f1h2o.com

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Démocrate Vernonnais dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire