France: Un policier en garde à vue après la mort d’un automobiliste

Publié

FranceUn policier en garde à vue après la mort d’un automobiliste

Un agent de police est sous enquête après un tir policier qui a fait une victime lors d’un contrôle qui a mal tourné.

Image d’illustration d’une voiture de police.

Image d’illustration d’une voiture de police.

AFP

Un homme de 23 ans a été tué par un tir de police dans la nuit de lundi à mardi à Neuville-en-Ferrain (Nord) après un refus d’obtempérer. Selon le récit de la procureure de Lille, Carole Étienne, un équipage de police a voulu contrôler les «occupants d’un véhicule muni de fausses plaques d’immatriculation» vers 3 h 00 du matin. Le conducteur de la voiture en question a alors démarré «brusquement afin de s’y soustraire», a-t-elle expliqué.

Passager en garde à vue

«Dans la fuite, un policier parvenait à ouvrir la portière côté conducteur afin d’extraire l’individu et faisait usage de son arme à une reprise. Le conducteur du véhicule mis en cause, âgé de 23 ans, est décédé sur place malgré l’intervention des secours», a-t-elle poursuivi. Selon une source policière, il a été atteint au thorax. Une deuxième source policière a précisé qu’il demeurait à Roubaix et était «connu pour plusieurs faits lourds de stupéfiants et de recel».

Le passager a été placé en garde à vue «pour recel de vol de véhicule et complicité de refus d’obtempérer», a précisé la procureure de Lille. «Le policier qui a fait usage de son arme» est lui aussi entendu «sous le régime de la garde à vue», a-t-elle ajouté. Selon la première source policière, il appartient à la Brigade anticriminalité.

Police des polices

Les investigations ont été confiées «à la Direction zonale de la police judiciaire et à l’IGPN» – la «police des polices» – pour «circonscrire très exactement les circonstances de la commission des faits», a souligné la procureure. La commune de Neuville-en-Ferrain, frontalière de la Belgique, est un secteur «avec pas mal de passages pour tous types de trafics», a expliqué Arnaud Boutelier, du syndicat Alliance. Sur 14’240 refus d’obtempérer comptabilisés en 2021 par la police nationale, 157 cas concernent des «usages d’armes à feu sur des véhicules en mouvement», selon des chiffres donnés par la police.

Cas récurrents

Mi-août, à Vénissieux, une commune sensible proche de Lyon, des policiers avaient tiré à plusieurs reprises lors du contrôle d’une voiture signalée volée, faisant deux morts. L’IGPN a ouvert une enquête. Fin juin la «police des polices» avait également été saisie après un contrôle de police qui avait mal tourné à Carcassonne. Un homme qui avait heurté un policier en tentant de fuir un contrôle au volant d’une voiture avait été grièvement blessé par arme à feu. Quelques semaines plus tôt, des policiers avaient fait feu sur un véhicule à Paris, tuant une des passagères. Le conducteur a ensuite été mis en examen pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et récidive de refus d’obtempérer aggravés.

(AFP)





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.