A la une

Gacé. Jérôme Gautier, père de famille, chef d’entreprise et nouveau chef des pompiers

Le nouveau chef de centre exerce, en parrallèle, le métier de garagiste
Le nouveau chef de centre exerce, en parrallèle, le métier de garagiste (©Réveil Normand)

Fort de 23 ans de service actif en tant que pompier volontaire, Jérôme Gautier a vu le commandant Eric Guais lui transmettre la charge de chef du centre de secours de Gacé (Orne).

Bien que cette passation de pouvoir soit effective depuis le premier mars 2021, le pompier volontaire de 39 ans avoue, quelques jours avant la cérémonie protocolaire, appréhender « un peu, mais dans le bon sens ».

L’élévation au rang de chef était prévue depuis quelques années. Jérôme est devenu adjoint au chef de centre en décembre 2016.

Ayant quinze ans de moins que le commandant Eric Guais, cette nomination a mené naturellement à la succession de ce dernier. Cette nomination s’est faite après le départ de l’ancien second du commandant. « J’ai accepté parce que ça se passait bien et c’était la suite logique de ma carrière », confie le nouveau chef.

Une carrière d’engagement

Celui qui est garagiste dans la vie de tous les jours est rentré chez les jeunes sapeurs-pompiers dès l’âge de 12 ans, à la Ferté-Fresnel, « plus pour l’aventure que par devoir, à cet âge-là ». Après quatre années de formation, il a intégré le service actif. « Le volontariat m’a toujours attiré », souligne le père de famille.

Ayant atteint le grade de lieutenant en novembre 2020, il a suivi une formation de chef de groupe, d’une durée de trois semaines, à l’Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, à Aix-en-Provence.

Je deviens chef parce qu’on m’a choisi, j’en suis très content, mais je n’ai pas fait plus que les autres pour en arriver là. Je ne suis pas le genre de personne à se montrer.

Jérôme GautierChef du centre de secours de Gacé

Chef de centre et d’entreprise

Etant chef d’entreprise, au garage Total, le volontaire est essentiellement disponible les week-ends et le soir.

« C’est évidemment une charge en plus d’être chef, mais ça se passe bien. Ce n’est pas forcément beaucoup de temps mais c’est tous les jours, je passe à la caserne une demi-heure tous les soirs », rappelle le garagiste.

Modeste, Jérôme Gautier estime que « tout le monde » est capable d’exercer ses fonctions, mais est particulièrement fier qu’on l’ait choisi. « Je suis très satisfait. C’est une autre façon d’être pompier. Qu’on m’ait choisi, j’en suis très satisfait », décrit-il, après plus de 20 ans de volontariat, heureux de découvrir une nouvelle facette de son activité.

Une transition douce

Avec sa prise de fonction « il n’y a pas grand-chose qui a changé », avoue-t-il. Cette transition étant anticipée depuis longtemps, elle a été grandement facilitée, d’autant que le sapeur-pompier volontaire est au centre de secours de Gacé depuis une quinzaine d’années.

Il connaît ainsi l’ensemble de l’effectif, et ce changement de fonction a pu se passer « d’une très bonne manière. Ça ne m’a pas fait peur vue que je les connais tous très bien et que je m’entends bien avec tout le monde. »

« Honnêtement, je reprends un centre de secours avec 35 personnes, qui fonctionne, avec un beau casernement, de beaux engins, de bons outils. Il n’y a rien à changer, il y a juste à continuer. Il y a peut être certaines choses à améliorer avec l’ensemble du personnel, mais ça marche très bien comme c’est aujourd’hui », souligne l’ancien adjoint.

Ce changement de commandement devrait aussi s’accompagner d’un retour progressif à la normale pour l’ensemble des pompiers volontaire Gacéen. Formant un groupe solidaire, les hommes du feu ont l’habitude de resserrer leurs liens par des repas, et autres moments de convivialité.

Ces moments ont été stoppés par la crise sanitaire, même si Jérôme Gautier souligne que le groupe « commence un petit peu à retrouver ces instants qui étaient fréquents avant le covid, tout en respectant les gestes barrières ».

A la tête du centre d’intervention et de secours de Gacé, la routine ne fait pas partie du vocabulaire du père de famille. Un retour à une organisation plus normale au sein de la caserne est tout de même souhaité, en cette période de crise sanitaire inédite, même pour les pompiers.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Réveil Normand dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 945

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.