Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sud

GARD L’homme découvert mort au Grau-du-Roi est bien le tueur en série parisien appelé le Grêlé

Les policiers avaient de très forts soupçons depuis mercredi soir et la découverte d’un homme décédé au Grau-du-Roi. Les enquêteurs pensaient que cet ancien gendarme, puis policier dans l’Hérault était celui que les enquêteurs avaient appelé le Grêlé, à cause de blessures apparentes sur son visage. Un tueur en série mis en cause dans 4 meurtres et 6 viols à Paris et dans sa région de 1986 à 1994. « L’insaisissable », son autre surnom, était introuvable malgré son ADN retrouvé sur plusieurs victimes et l’enquête des limiers de la brigade criminelle de Paris depuis plus de trois décennies.

Ce jeudi 30 septembre au soir le laboratoire de police scientifique de Nantes qui a extrait en urgence l’ADN sur le corps de l’homme suicidé mercredi soir au Grau-du-Roi prouve qu’il s’agit bien du tueur en série recherché depuis maintenant 35 ans et la mort de la jeune Cécile Bloch, une enfant de 11 ans violée et tuée à Paris le 5 mai 1986.

Si l’enquête a rebondi dans le Gard, c’est avec la découverte du suicidé du Grau-du-Roi… Cet homme, en retraite anticipée depuis 1994 lié à un accident à moto alors qu’il travaillait pour dans la Police de Montpellier avait été contacté la semaine dernière par la police judiciaire de Montpellier afin d’être entendu, comme d’autres militaires d’ailleurs, dans le cadre du dossier dit du Grêlé. A-t-il senti l’étau se resserrer ? Probablement, la PJ de Montpellier intervenait suite aux directives de la police parisienne pour fermer des portes en interrogeant dans plusieurs régions de France des militaires ciblés récemment dans l’enquête pouvant intéresser les investigations.

Suite à cet appel de la Police Judiciaire de Montpellier, cet homme qui devait être entendu cette semaine a disparu dès le 27 septembre. C’est sa famille qui aurait déclaré sa disparition. Il a donc été retrouvé mercredi soir au Grau-du-Roi et s’agit bien avec le résultat des expertises ADN du tueur en série parisien appelé le Grêlé.

Il a laissé des courriers indiquant qu’il avait été pris de pulsion il y a quelques années. L’une des affaires les plus énigmatiques des cinquante dernières années vient donc d’être résolue.

Boris De la Cruz





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire