Sud

GARD Sabrina Jean est la nouvelle présidente de la CPME 30

Sabrina Jean, Xavier Perret, Henry Douais et Josiane Rosier (Photo Anthony Maurin).

La Confédération des petites et moyennes entreprises est une organisation patronale représentant, comme son nom l’indique, les petites et moyennes entreprises. Le Gard a une nouvelle présidente en la personne de Sabrina Jean.

Sabrina Jean a 42 ans et elle succède fort logiquement à Xavier Perret. C’est d’ailleurs lui qui explique le pourquoi du comment. « J’étais le président de la CPME du Gard pour une mandature de trois ans. J’ai démissionné à la moitié car j’ai été élu président de la Chambre des métiers et de l’artisanat. Comme je voulais avoir la parole libre et qu’il fallait à la CPME un président qui puisse lui aussi avoir la parole libre, je ne voulais et ne pouvais pas cumuler. Nous travaillons à l’évitement d’un conflit d’intérêt. J’aurais parlé sous quelle casquette ? Sabrina est la nouvelle président mais elle était déjà active depuis longtemps.« 

C’est d’ailleurs tous les présidents de la C(G)PME du Gard qui était au rendez-vous. En effet, depuis sa création en 1998, la CPME a vu défiler Henry Douais, Josiane Rosier, Xavier Douais, Xavier Perret et maintenant Sabrina Jean à sa tête. « Je suis cheffe d’entreprise depuis dix ans dans le BTP (Solytrad) mais depuis deux ans je me dirige en parallèle vers l’organisation de formation avec mon autre société Dixit. C’était une évidence pour moi, j’ai toujours aimé transmettre et accompagner les chefs d’entreprise, je prenais souvent des jeunes en réinsertion.« 

Sabrina Jean (Photo Anthony Maurin).

Sabrina Jean est à adhérente à la CPME depuis huit ans, comme 600 autres chefs d’entreprise. En 2018, sous la mandature de Xavier Douais, elle devient vice-présidente à l’industrie et vice-présidente de la CAF. Sous Xavier Perret elle devient vice-présidente à l’artisanat et forme un très bon duo avec le président qui lui passe peu à peu le témoin jusqu’à son élection, à l’unanimité des 30 membres du conseil d’administration.

Un tissu économique à préserver

La CPME Gard se porte bien mais le Gard en national aussi. Xavier Douais est encore pour trois ans au moins le vice-président national et le président de la branche commerce. Il n’est pas mécontent de la situation actuelle et des tractations en cours. « On a un exécutif qui prend enfin en compte le commerce. Les problèmes ont été identifié, nous avons un réel travail à faire et c’est rude. La dernière session a duré 15 jours avec 12 réunions de quatre heures chacune. J’aime ce mandat car il me permet de voir des choses, de savoir et comprendre des éléments passionnants mais parfois, on se sent un peu esseulés.« 

Après un détour en national revenons au local. Les PME sont la composante essentielle et majoritaire de l’environnement économique et social. Par leur nombre (1,6 million d’entreprises) et par le nombre de leurs salariés qu’elles représentent (85 % des salariés du secteur privé), elles sont l’essence des entreprises françaises. La CPME Gard dispose également de plusieurs sièges au sein des Conseils d’administrations de grandes institutions telles que l’URSSAF, la CPAM, le RSI, le Conseil des prud’hommes et bien d’autres.

(Photo Archives Anthony Maurin).

Quels seront les grands dossiers que Sabrina Jean va mener pendant un peu plus d’un an avant la prochaine élection ? « Nous sommes dans la continuité. Nous essayons de défendre nos entreprises dans cette crise, nous essayons de les représenter, de les écouter, bref, nous continuons nos missions premières. Les entreprises craignent l’impact de la pandémie sur leur activité. Nous sommes le premier syndicat patronal de France quand on parle de représentativité ! » affirme la présidente Sabrina Jean.

Montrer des perspectives

Les risques psychosociaux l’intéressent au plus haut point. « Aujourd’hui plus que jamais nous devons être vigilants. On voir de la dépression, de la déception, de la frustration, de la colère… Il nous faut accompagner les chefs d’entreprise toujours plus et toujours mieux, y compris sur des aspects psychologiques ou les valeurs humaines car aujourd’hui pour être un chef d’entreprise il faut être le plus complet possible. Les gens ont besoin de contact, de parole » poursuit la présidente.

Un questionnaire a été envoyé aux adhérents et c’est sur la base des réponses obtenues qu’une partie des actions sera menée. Les membres veulent plus d’échanges et de réunions même si la période est compliquée à abordée de ce point de vue, mais les adhérents veulent aussi retrouver la convivialité, marque de fabrique de la maison. « Tous les mois nous allons essayer d’organiser au moins  un petit déjeuner, un afterwork, notre repas des mandataires si on le peut et tous les trimestres une visite ailleurs sur le territoire. Nous devons montrer des perspectives aux chefs d’entreprise !« 





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 954

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Alert: Content selection is disabled!!