A la une

Guérande : la chute des APL aggrave la précarité du jeune salarié

Gaël, dans son logement qu'il a du mal à payer
Gaël, dans son logement qu’il a du mal à payer ©Echo de la Presqu’île

La réforme des APL(allocation personnelle au logement) a plombé les finances de ce jeune salarié de Guérande (Loire-Atlantique).

 Je vis au jour le jour, tous les mois je suis à découvert.

Gaël Planque a 23 ans. Ce Normand s’est posé à Guérande en janvier 2020, à la résidence des jeunes. En février 2020, il décroche un emploi dans la restauration, 28 heures par semaine, « pas possible d’avoir un contrat à plein temps ».

Avec un salaire de 800 €, Gaël s’en sort grâce aux APL (allocation personnelle au logement) qui couvre une grosse partie de son loyer.

 J’avais 90 € de ma poche, c’était jouable.

Tout en gardant en tête, de décrocher un emploi à temps plein, davantage dans ses compétences en logistique. Mais la crise sanitaire a stoppé ses ambitions. 

APL en chute libre

Et puis est arrivée la réforme des APL avec son calcul sur les 12 derniers mois, autrement dit quasi en temps réel, ce qui n’était pas le cas avant. Patatras, au 1er janvier 2021, l’allocation tombe à 100 €. Le loyer est de 454 € (charges comprises, eau, électricité) pour un 22 m2.

 Je ne m’en sors plus. J’ai eu un mois d’impayé, la Mission locale l’a pris en charge dans le cadre du fonds d’aide aux jeunes. Mais c’est évidemment une aide exceptionnelle.

Trop jeune pour entrer dans les dispositifs accordés aux plus de 25 ans, trop « riche » pour percevoir une APL conséquence, Gaël est désemparé.

Pas de permis, pas de boulot

Il s’est remis en quête d’un nouvel emploi, plus rémunérateur.

Mais je n’ai pas le permis de conduire et ici c’est indispensable, les moyens de transport sont limités. Le problème c’est que je ne peux pas mettre de l’argent de côté pour payer ce permis.

Un cercle infernal dont il aimerait se sortir. Le jeune homme a déposé une demande de logement social il y a près de deux ans, « en espérant avoir un loyer moins cher », sans aucune réponse ou proposition. 

 J’ai voulu témoigner aujourd’hui pour qu’il y ait une prise de conscience. Car bien sûr, je suis loin d’être le seul dans ce cas,

conclut Gaël.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre L’Écho de la Presqu’île dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 006

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.