Please assign a menu to the primary menu location under menu

En bref

«Je ne dirai jamais que je prends ma retraite internationale» : Olivier Giroud veut toujours croire aux Bleus

L’avenir d’Olivier Giroud en équipe de France s’est considérablement assombri. Le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus n’a pas été retenu par Didier Deschamps pour les deux derniers rassemblements et a vu les Tricolores remporter la Ligue des nations sans lui. Mais l’attaquant de l’AC Milan garde espoir et n’entend pas mettre un terme à sa carrière internationale.

«Toujours y croire». C’est le titre de son autobiographie sortie il y a un an. Et il résume parfaitement l’état d’esprit de l’ancien montpelliérain concernant l’équipe de France. Mis de côté par le sélectionneur, qui ne l’a pas convoqué ni en septembre, ni octobre, Olivier Giroud (110 sélections) n’a pas tiré un trait sur les Bleus. Et il n’a aucune intention de le faire. Il reste disponible si Didier Deschamps décide de (re)faire appel à lui.

«Je ne dirai jamais que je prends ma retraite internationale. (…) C’est simple, si le sélectionneur a besoin de moi, il m’appelle. Si non, il ne m’appelle pas. Je suis concentré à 100% sur Milan, marquer et faire marquer ici. On verra ce qui se passera», a-t-il confié au Guardian.

Sa brouille avec Kylian Mbappé…

L’une des raisons de sa mise à l’écart serait sa brouille avec Kylian Mbappé avant le début de l’Euro en juin dernier après avoir déclaré ne pas recevoir suffisamment de ballons à l’issue du match de préparation contre la Bulgarie (3-0). Un épisode sur lequel il est également revenu, cherchant à minimiser l’affaire.

«Ce n’était vraiment pas grand-chose. Il (Kylian Mbappé, ndlr) était un peu remonté pendant deux jours même si je lui ai expliqué que je ne le pointais pas du doigt. Je n’avais pas l’intention d’être dur avec qui que ce soit», a déclaré Giroud, mettant en cause les médias, coupables, selon lui, d’avoir envenimé les choses.

«Je venais de répondre à une question (…). C’est toujours comme s’ils essayaient de me faire chier. Les médias ont essayé de gonfler la chose et de dire que cela avait ruiné l’atmosphère au sein de l’équipe. Nous avons eu une conversation entre adultes et il n’y avait plus de problème», a-t-il assuré.

…sa rivalité avec karim benzema

Comme il n’en a pas non plus avec Karim Benzema, souvent présenté comme un rival en Bleu. «Toute ma carrière en équipe nationale, on m’a opposé à lui. Il y avait les pro-Benzema et les pro-Giroud. J’ai toujours dit que je n’avais aucun problème avec lui et que j’adorais jouer avec lui, mais c’était une chose médiatique de faire croire que nous nous battions. Cela n’a jamais été vrai», a affirmé Olivier Giroud.

Les Bleus occupent la tête de leur groupe devant l'Ukraine et la Finlande.

Et de revenir sur l’épisode de la F1 et du karting, qui ne l’a pas du tout affecté. Bien au contraire. «Cela m’a fait rire. (…) J’ai trouvé que c’était assez drôle. Après, les gens sur les réseaux sociaux m’ont envoyé tellement de photos de lui dans une voiture de Formule 1 et moi dans un karting avec la Coupe du monde, disant que c’était un peu de jalousie ou autre. Mais je n’ai rien dit de tel. J’ai tout pris avec le sourire», a indiqué Olivier Giroud. Reste à savoir si ces confessions suffiront pour lui permettre de revenir en équipe de France.



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire