Please assign a menu to the primary menu location under menu

Etranger

La Bourse de Paris termine en nette hausse de 1,33%

La Bourse de Paris a clôturé en nette hausse de 1,33% jeudi, portée par de premiers résultats d’entreprises positifs et un recul des taux d’intérêt sur le marché obligataire.

L’indice vedette CAC 40 a avancé de 87,83 points à 6.685,21 points. La veille, il avait gagné 0,75%.

« Le premier facteur de hausse des marchés aujourd’hui a été les premiers résultats du secteur bancaire, ressortis nettement supérieurs aux attentes des analystes », a commenté auprès de l’AFP Vincent Manuel, directeur des investissements chez Indosuez Wealth Management.

Trois banques majeures aux Etats-Unis ont en effet publié des bénéfices trimestriels dopés par la réduction de réserves constituées au début de la pandémie et par les activités de banques d’affaires.

« En Europe, les actions ont également été soutenues par une net reflux des taux d’intérêts » sur le marché obligataire, poursuit l’analyste d’Indosuez.

Le taux d’emprunt à 10 ans de la France s’est établi à 0,15%, contre 0,21% la veille, et celui de l’Allemagne, référence européenne, à -0,18%, perdant lui aussi six points de base.

En conséquence, les valeurs de la tech, de l’industrie et du luxe se sont hissées en haut du CAC 40.

Concentrés sur ces deux éléments, les investisseurs ont fait fi des nouvelles publications macroéconomiques du jour.

Des hausses record des prix à la production ont été enregistrées aux Etats-Unis (+8,6%) et en Chine (+10,7%) en septembre par rapport à 2020. En cause notamment, la hausse des prix du pétrole et autres matières premières.

Cependant, l’évolution des prix de gros aux Etats-Unis sur un mois s’est révélée moins forte que prévu à +0,4% par rapport à août, contre des projections de +0,6%.

Bonne nouvelle sur le front de l’emploi américain: les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont continué à reculer début octobre et sont passées sous la barre symbolique des 300.000, retrouvant quasiment leur niveau d’avant la pandémie.

Le compte-rendu de la dernière réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), publié mercredi soir, a par ailleurs confirmé la volonté des responsables de la Fed de commencer la réduction du soutien à l’économie, entre mi-novembre et mi-décembre.

Les banques dans le vert

Le secteur bancaire a profité des bonnes publications des sociétés américaines, et ce malgré le net recul des taux d’intérêt obligataire, phénomène qui grignote les revenus des banques.

Société Générale a pris 1,20% à 28,29 euros, BNP Paribas 0,48% à 56,63 euros et Crédit Agricole 0,30% à 12,59 euros.

Un bonne pub pour Publicis

Publicis, a terminé en hausse de 2,74% à 58,48 euros. Il a dépassé dès le troisième trimestre ses niveaux pré-pandémie, poussé par sa croissance dans toutes les régions du monde et ses activités technologiques, et a encore révisé à la hausse jeudi ses perspectives pour 2021.

Vilmorin pousse

Vilmorin a grimpé de 7,10% à 57,30 euros. Le semencier a vu son bénéfice net bondir de plus de 39% au cours de son exercice décalé 2020/2021, qu’il a qualifié « d’excellent niveau ». Il ambitionne d’accroître son activité d' »au moins 4% » l’an prochain.

Voyageurs du Monde remonte la pente

Le spécialiste du voyage sur mesure Voyageurs du Monde (+2,46% à 91,60 euros) a essuyé 5,3 millions d’euros de perte nette au premier semestre de son exercice décalé 2021, néanmoins réduite par rapport à la même période en 2020. Le groupe anticipe un résultat « proche de l’équilibre » en 2021.



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire