Etranger

La chasse aux particules fines continue: à partir du 1er juillet, du changement au contrôle technique pour certains véhicules

À partir du 1er juillet, les véhicules diesel seront contrôlés plus en profondeur lors du contrôle technique. Le but : déterminer le taux d’émission de particules fines.

Les premiers véhicules concernés par ce nouveau contrôle sont les voitures et fourgons équipés d’un moteur diesel de la norme Euro 5. L’objectif est de mesurer le nombre de particules non retenues par le filtre. Le contrôle est effectué via le pot d’échappement et dure 30 secondes. « Il y a 15 secondes pour remplir la chambre de l’appareil et stabiliser les gaz. Et il y a 15 secondes de mesures à proprement parler », explique Miguel Leclerc, chef de la station « contrôle technique » de Forest. 

Lorsque l’on roule en ville, on encrasse beaucoup plus le filtre 

Dès le 1er juillet, ces contrôles seront effectués dans tout le pays. Les voitures les plus polluantes seront interdites de circulation et devront repasser un contrôle après réparation. L’objectif tout d’abord de faire la chasse aux voitures sans filtre. « Celles qui l’ont enlevé ou qui l’ont cassé vont vraiment polluer beaucoup plus. Je parle de 500 fois plus », éclaire Elke Van Den Brandt, ministre bruxelloise de la Mobilité.

Le but est également de vérifier le bon fonctionnement du filtre. « Lorsque l’on roule en ville, on encrasse beaucoup plus le filtre que lorsque l’on roule sur l’autoroute. Parce que l’on a une régénération qui se fait normalement automatiquement et qui est commandée par le véhicule. Et cette régénération a plus de mal à se regénérer », indique Paul Lecocq, expert contrôle technique à Bruxelles Mobilité.

9.000 décès liés aux particules fines

L’Organisation Mondiale de la Santé qualifie ces particules fines de nocives et cancérigènes. Selon certaines estimations, elles provoquent 9.000 décès prématurés chaque année, en Belgique. « L’inflammation qu’elles induisent exposent les gens à faire plus facilement des accidents vasculaires comme des infarctus ou des AVC. On sait aussi qu’il y a une association entre l’exposition aux particules fines et la survenue de certains cancers du poumon même chez des patients qui ne fument pas », éclaire Antoine Froidure, service de pneumologie aux cliniques universitaires Saint-Luc.

Avec cette nouvelle mesure, la Belgique devient pionnière en Europe dans le domaine de la lutte contre les émissions de particules. Ce contrôle ne coûtera pas plus cher pour les automobilistes.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 675

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.