Please assign a menu to the primary menu location under menu

A la une

La crise humanitaire en Afghanistan au menu d’un sommet spécial du G20

Publié le :

L’Italie, qui occupe la présidence tournante du G20, organise mardi un sommet spécial consacré à l’Afghanistan, passé aux mains des Taliban le 15 août. La crise économique dans le pays et la sécheresse qui y sévit alimentent le spectre d’un exode massif de réfugiés.

Le président du Conseil italien Mario Draghi organise mardi 12 octobre un sommet spécial du G20 pour discuter de l’Afghanistan, alors que l’inquiétude grandit à propos de la situation humanitaire dans le pays depuis le retour au pouvoir des Taliban à Kaboul en août à l’issue d’une offensive éclair.

Depuis que le mouvement islamiste est entré victorieusement dans Kaboul le 15 août, la crise économique s’est amplifiée en Afghanistan, frappé par ailleurs par une vaste sécheresse, alimentant le spectre d’un exode massif de réfugiés.

Organisé par visioconférence à partir de 11 h GMT, le sommet spécial du G20 va se focaliser sur les besoins humanitaires, les préoccupations sécuritaires et les moyens de garantir que les ressortissants afghans ayant aidé les gouvernements européens puissent quitter le pays sans être inquiétés.

« Fournir un soutien humanitaire est urgent pour les groupes les plus vulnérables, particulièrement les femmes et les enfants, alors que l’hiver arrive », a déclaré un représentant informé du programme des discussions.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, doit prendre part à la réunion, mettant en exergue le rôle central accordé à l’ONU dans la gestion de la crise afghane. Ce rôle résulte en partie du refus de nombreux pays d’établir des relations directes avec les Taliban.

Opinions divergentes parmi les grandes puissances

L’Italie, qui occupe la présidence tournante du G20, a péniblement organisé le sommet, alors que les opinions divergent parmi les grandes puissances mondiales sur l’approche à adopter sur l’Afghanistan depuis le retrait militaire chaotique des États-Unis.

Selon une source diplomatique au fait du dossier, « le problème principal est que les pays européens veulent mettre leur nez dans la manière dont les Taliban dirigent le pays, par exemple la façon dont ils traitent les femmes, tandis que la Chine et la Russie ont une politique étrangère de non-ingérence ».

Pékin a publiquement demandé que les sanctions économiques visant l’Afghanistan soient levées et que des milliards de dollars d’actifs internationaux détenus par le pays soient débloqués. On ne sait pas avec certitude si cela va être débattu ce mardi.

La reconnaissance des Taliban, question brûlante au menu du sommet du G20 sur l’Afghanistan

Le président américain Joe Biden, le Premier ministre indien Narendra Modi et les dirigeants européens du G20 devraient participer au sommet. En revanche, le président chinois Xi Jinping n’y prendra pas part, a rapporté la presse officielle à Pékin, tandis qu’un doute demeure sur la participation du président russe Vladimir Poutine.

Avec AFP



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire