Sud

LA MINUTE SPORT L’actualité sportive de ce jeudi 30 septembre

Comme chaque jour, du lundi au vendredi, retrouvez l’essentiel de l’actualité sportive gardoise en quelques infos. 

Nîmes Olympique

L’exposition et le registre sont consultables du lundi au vendredi jusqu’au 20 octobre (photo Norman Jardin)

Une exposition et un registre. Depuis le 21 septembre, une exposition est ouverte à tous dans les locaux du club Nîmes Olympique au stade des Costières. De la documentation sur l’INRAP, sur le projet du nouveau stade, le nouveau quartier, le stade de substitution et sur la future halle des sports sont à la disposition du public. La maquette de l’ensemble du projet est exposée au centre de la pièce. Mais il y a aussi un registre dédié à recueillir les remarques, les idées et les questions de tous ceux qui se passionnent par l’avenir foncier du Nîmes Olympique. Ce jeudi (et ce sera aussi le cas le 7 octobre) une permanence était mise en place pour répondre aux questions des supporters. Mais en ce début d’après-midi, pas l’ombre d’un fan des Crocodiles à l’horizon. Ce n’était peut-être pas la bonne heure. Ce qui est certain, c’est que le registre mis en place il y a neuf jours n’a recueilli qu’une remarque, celle d’une association sportive nîmoise se demandant si elle pourra s’intégrer dans le projet. Les supporters privilégient apparemment les réseaux sociaux pour s’exprimer sur ce projet. Mais ils ont encore jusqu’au 20 octobre pour s’informer, donner leur avis et poser des questions. Toujours à ce sujet, le prochain atelier se déroulera mardi 5 octobre au stade des Costières sur le thème Nîmes, ville de sport. Pour y participer, il faut s’inscrire sur le site Internet de la concertation. Enfin, un registre papier est à disposition aux services techniques de la ville de Nîmes, 152 avenue Robert Bompard.

Doucouré ratera le déplacement à Auxerre (Photo Anthony Maurin)

Doucouré suspendu contre Auxerre. L’attaquant nîmois, qui n’a pas été retenu lors du dernier match face au Havre (défaite nîmoise aux Costières 0-1), participait le week-end dernier au match de la réserve du NO à Beaucaire pour le compte de la N3. Non seulement l’après-midi s’est soldé par une défaite des nîmois 3-0 mais en plus Mahamadou Doucouré a été expulsé pour avoir écopé de deux avertissements évitables. Un pour contestation et l’autre pour avoir frappé le ballon après que l’arbitre a arrêté l’action. Du coup, le Crocodile est suspendu et il ratera le déplacement l’équipe première à Auxerre samedi et avec la réserve il manquera la réception d’Alberes/Argeles le 9 octobre. Doucouré 21 ans (9 matches, 4 comme titulaire et 5 en tant que remplaçant), va donc passer au minimum 23 jours sans compétition puisqu’il ne pourra pas être aligné avant le 18 octobre et la réception de l’AC Ajaccio (12e journée de L2).

USAM Nîmes Gard

Une poule abordable. Ce matin, Nîmes a découvert ses cinq adversaires à affronter en match aller-retour lors de la phase de poule de la Ligue européenne de l’EHF qui va s’étirer jusqu’au 8 mars 2022. Un tirage abordable pour les Gardois qui ont évité des gros morceaux et notamment les clubs allemands. « On se doit d’être le plus haut possible même si du coup ça annonce un 8e de finale compliqué », a réagit Franck Maurice, coach de l’USAM, dont l’objectif est d’atteindre les quarts de finale. Pour sortir de ce groupe D, il faudra finir devant les Macédoniens d’Eurofarm Pelister, huitièmes de finaliste la saison dernière, les Portugais du Sporting Lisbonne que Nîmes a battu deux fois lors de sa précédente campagne, les Hongrois de Tatabanya, les Suisses de Schaffhausen et l’AEK Athènes (Grèce). Le premier match aura lieu à l’extérieur le 19 octobre face à Pelister.

Jean-Paul Martinet, alors entraîneur et le joueur Philippe Courbier ont vécu la victoire face à Bitola en 1988 (Photo Anthony Maurin)

Le souvenir de Bitola. Le club de Pelister est basé à Bitola, en Macédoine du Nord. Ce dernier a marqué l’histoire européenne de l’USAM lors d’un duel épique en 8e de finale de cette même compétition (ex-Coupe de l’IHF) lors de la saison 1987/1988. Battus 28-23 à l’aller dans une ambiance délétère – « les gens nous lançaient des pièces de monnaie pour nous blesser. Ça a été une boucherie, d’une violence terrible », se souvient le joueur Philippe Courbier -, les Usamistes réalisent un exploit au retour à Pablo-Neruda en s’imposant 21-16 et se qualifient grâce aux buts marqués à l’extérieur. Nîmes devient ainsi la première équipe française à battre une formation de l’ex-Yougoslavie. Le 19 octobre, l’ambiance devrait être plus calme. Quant à l’affrontement face à Tatabanya, il rappellera des souvenirs à un certain Attila Borsos. L’arrière droit qui a joué à trois reprises dans le club hongrois a porté pendant une saison le maillot de la Green team lors de la saison 1991-1992. Sinon, ce sera la première fois que Nîmes est opposée à une équipe grecque avec le duel face à l’AEK Athènes.

.

 





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 834

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.