En bref

Lars Vilks, le dessinateur suédois d’une des caricatures de Mahomet, meurt dans un accident de la route

Il avait provoqué une vague de colère dans le monde musulman. L’artiste suédois Lars Vilks est mort dans un accident de voiture ce dimanche 3 octobre. Il était accompagné de ses deux gardes du corps. La police a rapidement écarté la piste d’un acte malveillant.

«Cela fait l’objet d’une enquête comme n’importe quel accident de la route. Comme deux policiers sont impliqués, une enquête a également été confiée à une section particulière du parquet», a précisé un porte-parole de la police locale.

Interrogé sur d’éventuels éléments suggérant une piste autre qu’accidentelle, ce dernier a répondu que non : «L’enquête serait orientée différemment si cela avait été le cas.»

L’accident s’est produit dimanche après-midi sur l’autoroute E4, près de la commune de Markaryd. La voiture a percuté un camion circulant en sens inverse. Les deux véhicules ont alors pris feu «à la suite de la collision». Le chauffeur du camion a été hospitalisé, selon la police.

Sorti indemne d’un attentat en 2015

Deux ans après les caricatures de Mahomet publiées par le quotidien danois Jyllands-Posten en 2005, Lars Vilks avait fait parler de lui avec des dessins où il représentait Mahomet en «chien de rond-point». Ce sujet étrange autant que provoquant, destiné à une exposition sur le thème des chiens, y mêlait la référence au journal danois et la vogue qui consistait à placer des chiens décoratifs sur les giratoires en Suède.

Finalement refusée par la galerie pour raisons de sécurité, l’oeuvre avait finalement été publiée dans un journal local suédois. Vilks avait déclenché de vives réactions dans plusieurs pays musulmans, des appels au meurtre avaient alors été émis à son encontre.

Son assassinat avait ainsi été planifié par l’Américaine Colleen LaRose, alias «JihadJane», qui aurait recruté des islamistes dans ce but selon la justice américaine, avant d’être arrêtée en octobre 2009. En mai 2010, deux jeunes frères suédois d’origine kosovare avaient tenté d’incendier sa maison avec des cocktails Molotov. Il ne s’y trouvait pas.

En juin 2010, il avait pris un coup de tête lors d’un débat à l’université suédoise d’Uppsala qui avait tourné au pugilat. En septembre 2011, des centaines de personnes avaient été évacuées d’un bâtiment de Göteborg où était inaugurée la Biennale d’art contemporain : la police avait de fortes raisons de croire que M. Vilks allait être attaqué et avait arrêté quatre personnes.

Enfin le 14 février 2015, un Danois d’origine palestinienne avait ouvert le feu en tentant de faire irruption dans un débat sur la liberté d’expression à Copenhague, organisé après l’attentat meurtrier contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. Lars Vilks, tête d’affiche de la réunion avec l’ambassadeur de France, s’en était tiré indemne, mais un réalisateur danois de 55 ans avait été tué.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 069

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.