le bilan officiel des manifestations passe à 17 morts

Publié le : Modifié le :

Selon un dernier bilan officiel publié jeudi, dix-sept personnes, des manifestants et des policiers, ont été tuées en Iran depuis le début, il y a six jours, des rassemblements pour protester contre la mort de Mahsa Amini, une femme détenue par la police des mœurs. L’ONG IHR, basée à Oslo, fait état d’au moins 31 morts.  

La colère continue de monter en Iran, tout comme le bilan humain : 17 personnes ont été tuées depuis le début il y a six jours des manifestations pour protester contre la mort d’une femme détenue par la police des mœurs, selon un bilan communiqué jeudi par la télévision d’État.

« Dix-sept personnes, dont des manifestants et des policiers, ont perdu la vie dans les événements des derniers jours », a-t-elle annoncé, sans détailler le nombre des manifestants parmi eux. De son côté, l’ONG IHR, basée à Oslo, estime qu’au moins 31 personnes ont trouvé la mort depuis le début des protestations.  

Un précédent bilan officiel faisait état de sept manifestants et quatre membres des forces de sécurité tués. 

Trois paramilitaires « mobilisés pour affronter les émeutiers » à Tabriz (nord-ouest), Qazvin (centre) et à Machhad (nord-est) ont été tués, mercredi 21 septembre, à coups de couteau ou par balles, avaient notamment indiqué des agences de presse iraniennes. Un membre des forces de sécurité avait aussi été tué mardi lors des protestations à Chiraz (centre), selon la même source. 

Sept manifestants ont en outre été tués, dont un à coup de couteau, mercredi, à Qazvin, selon l’agence Fars.

Des responsables iraniens avaient fait état mercredi de six manifestants tués, dont quatre au Kurdistan (nord-ouest), d’où est originaire Mahsa Amini, et deux à Kermanshah (nord-ouest), depuis le début des protestations.

Les responsables iraniens ont nié toute implication des forces de sécurité dans la mort des manifestants.

Les restrictions drastiques des autorités iraniennes sur Internet

Par ailleurs, les autorités iraniennes ont imposé des restrictions drastiques sur Internet, bloquant notamment l’accès à Instagram et WhatsApp, ont rapporté, jeudi, les médias locaux. Les usagers semblent cependant en mesure de se connecter sur Internet avec Tor ou un VPN.

>> Iran : « Les femmes ne se laissent plus faire » face à la répression croissante de la police des mœurs

« Sur décision des autorités, il n’est plus possible d’accéder en Iran à Instagram depuis hier soir (mercredi) et l’accès à WhatsApp est également perturbé », a indiqué l’agence de presse Fars.

Depuis le blocage des plateformes comme YouTube, Facebook, Telegram, Twitter et Tiktok ces dernières années en Iran, Instagram et WhatsApp étaient les applications les plus utilisées en Iran.

L’accès à Internet, notamment aux réseaux sociaux, y est également largement filtré ou restreint pas les autorités : sans logiciel anti-censure de type VPN, l’essentiel des pages web hébergées hors du pays sont inaccessibles. 

Les connexions sont ralenties depuis le début des manifestations qui ont éclaté après l’annonce par les autorités, le 16 septembre, de la mort de Mahsa Amini.

Cette mesure a été prise à cause « des actions menées par des contre-révolutionnaires contre la sécurité nationale via ces réseaux sociaux », a précisé Fars.

En 2019, lors de manifestations déclenchées par l’annonce d’une hausse du prix de l’essence, une restriction drastique avait été déjà imposée à Internet pour bloquer le partage par les internautes des vidéos des troubles ayant fait de nombreux morts.

Avec AFP



Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.