A la une

le confinement joue les prolongations en Nouvelle-Calédonie

Publié le :

Le confinement a été prolongé vendredi de deux semaines supplémentaires pour tenter de freiner la circulation du virus alors que le centre hospitalier territorial de l’île est saturé de patients essentiellement non vaccinés.

La Nouvelle-Calédonie ne voit pas encore le bout du tunnel dans cette crise sanitaire. Le confinement, en vigueur depuis le 7 septembre, est prolongé de deux semaines, en raison d’une circulation « encore trop élevée » du Covid-19, qui a fait près de 130 morts en trois semaines, a annoncé vendredi 1er octobre le président du gouvernement local.

Louis Mapou, indépendantiste, a indiqué que jusqu’au 10 octobre inclus l’actuel confinement strict – fermeture des écoles et des commerces non essentiels, couvre-feu de 21 h à 5 h, déplacements soumis à attestation – sera maintenu.

Ensuite, « si les indicateurs évoluent favorablement, des adaptations pour une reprise progressive de l’économie » seront appliquées jusqu’au 17 octobre avant une probable mise en place du passe sanitaire, a-t-il également annoncé.

>> À voir : Covid-19 en France : les 12-17 ans à leur tour contraints au passe sanitaire

Dix personnes sont décédées du coronavirus au cours des dernières 24 heures portant à 129 le nombre total de morts depuis le début de la crise, liée au variant Delta.

Louis Mapou a précisé : « 96 % des morts étaient non vaccinés, leur moyenne d’âge est de 71 ans et le plus jeune avait 40 ans ; 56 % sont des Kanak, 22 % des Wallisiens et Futuniens et 22 % sont issus des autres communautés. »

Grâce au confinement, le taux d’incidence du virus, qui atteignait 1 200 pour 100 000 habitants il y a dix jours, s’établit actuellement à 588, mais la crise « va encore durer de longues semaines », a averti le chef de l’exécutif collégial.

« Solidarité nationale »

En tout, 7 619 personnes ont été jusqu’alors contaminées et 4 300 d’entre elles ont guéri.

Alors que prés de 300 patients sont hospitalisés dont 56 en réanimation, le centre hospitalier territorial est saturé et son personnel mis à rude épreuve. À cet égard, Louis Mapou a rendu hommage aux soignants et aux « moyens colossaux mobilisés par l’État ».

>> À lire : l’opération « Hippocampe », un pont aérien entre les Antilles et Paris pour sauver des vies

Patrice Faure, haut-commissaire de la République, a annoncé qu’un « deuxième contingent de 103 soignants » de la réserve sanitaire arrivera la semaine prochaine de Métropole et s’ajoutera aux 174 personnels déjà dépêchés sur le Caillou. « La solidarité nationale durera autant que nécessaire », a-t-il affirmé.

Les deux responsables ont une nouvelle fois exhorté la population à se faire vacciner, dans les nombreux centres ouverts à travers le territoire. Actuellement, 34 % de la population dispose d’un schéma vaccinal complet et environ 65 % a reçu au moins une dose.

Avec AFP



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 072

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.