News 24-7

le port « tire son épingle du jeu » en 2021 malgré le Covid et les complications liées au Brexit

D’après le président du port de Boulogne-Calais, l’année 2021 a été « exceptionnelle ».

Le port français de Boulogne-Calais (Nord), qui a vu sa capacité doubler et ses dessertes augmenter en 2021, a indiqué avoir bien tiré « son épingle du jeu » en dépit d’une nouvelle chute de trafic passager et des complications liées au Brexit.

L’année a été « exceptionnelle » a indiqué le président du port de Boulogne-Calais, Jean Marc Puissesseau, jeudi lors d’un point presse bilan 2021. En dépit des craintes liées au Brexit, le trafic fret « se maintient (…) dans une conjoncture difficile » et le trafic est resté « globalement fluide », a-t-il ajouté.

Au total, 38 millions de tonnes de marchandises ont été transportées, soit une baisse de 1%, a indiqué le port dans un communiqué. Le trafic passager, lui, a été largement impacté par les restrictions liées au Covid, avec un recul de 27% du nombre de passagers (2,4 millions) et de 42% du nombre de véhicules légers (248.000).

Nouveau terminal

Mais Jean Marc Puissesseau s’est dit optimiste sur une reprise rapide dès la levée des restrictions, d’autant que Calais a mis en service le 31 octobre un nouveau terminal transmanche capable d’accueillir des ferries géants. Cette infrastructure, qui double sa superficie et sa capacité, a nécessité six ans de travaux et un investissement de 863 millions d’euros.

En outre, une troisième compagnie maritime, Irish Ferries, a lancé mi-2021 des liaisons entre la France et l’Angleterre, tandis que les deux compagnies existantes, DFDS et P&O, ont investi dans de nouveaux navires.

L’arrivée au premier trimestre 2022 d’un dixième bateau pour assurer les traversées Calais-Douvres portera la desserte à 100 traversées quotidiennes, avec un départ toutes les 30 minutes.

Une nouvelle desserte ferroviaire de fret à grande vitesse doit par ailleurs ouvrir au printemps prochain entre les ports de Calais et Sète.

Bonne année pour Boulogne

De son côté, le port de Boulogne a également pu « tirer son épingle du jeu pour la pêche », a indiqué Benoît Rochet directeur général du port.

Boulogne, qui reste le premier port de pêche français, a enregistré une hausse de 2% de la quantité pêchée (28.400 t.) et de 13 % de sa valeur, avec 73,5 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Et ce, en dépit des retards dans l’attribution de licence de pêche post-brexit, au coeur d’une bataille entre Londres et Paris.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 966

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.