Par Victor Fièvre Publié le La Presse de la Manche Voir mon actu Suivre ce média

Cyril Touzet est le pilote le plus expérimenté de la Patrouille. (©Victor FIEVRE)

Vendredi 13 août, la Patrouille de France a ébloui les spectateurs de Cherbourg (Manche), parfois venus de loin, dans le ciel du Cotentin, durant un show de trente minutes. Le magnifique escadron clôturait la semaine de Rolex Fastnet Race, qui se termine ce dimanche 15 août.

Durant le pot offert par la Ville de Cherbourg-en-Cotentin, le capitaine Cyril Touzet est revenu sur ce spectacle exceptionnel et a détaillé le fonctionnement de cette formation d’élite.

À lire aussi

Actu : Quel est votre rôle au sein de la Patrouille ?

Capitaine Cyril Touzet : Je suis remplaçant, le numéro 9. Je peux être amené à remplacer un pilote en cas de problème médical ou encore familial. Je suis le plus ancien et le plus expérimenté de la Patrouille, donc je connais toutes les positions. Je vole aux entraînements et pendant le spectacle, je sers de point central. Je suis un genre de coach. J’oriente les pilotes sur l’esthétisme.

Y a-t-il eu des erreurs lors du vol au-dessus de Cherbourg ?

C. T. : Il y en a toujours. Le vol parfait n’existe pas. C’est bien trop complexe techniquement.

« Un très beau vol »

Qu’avez-vous pensé de la prestation de vos collègues ?

C. T. : C’était un très beau vol. Il y a eu quelques erreurs, sur la façon dont on positionne l’avion pour que les spectateurs le voient au mieux, mais ce sont des détails.

Quand vous êtes dans les airs, avez-vous le temps d’observer le public ?

C. T. : On voit une grosse masse au sol mais c’est tout. On a surtout les yeux rivés les uns sur les autres. On s’ajuste en permanence en fonction de la position de l’avion à ses côtés. En tout cas, le public était très chaud. On était déjà venu à Jullouville et c’est toujours comme ça en Normandie.

La parade des avions a duré un peu moins de 30 minutes.
La parade des avions a duré un peu moins de 30 minutes. (©Jean-Paul BARBIER / La Presse de la Manche)

Ressentez-vous de la peur parfois ?

C. T. : On n’a pas peur, car si on a peur, c’est qu’il y a un problème et qu’on a fait une erreur. C’est un sentiment avec lequel on lutte en permanence. Il faut que ça ne reste qu’une frayeur.

Comment savez-vous quand déclencher les fumées de couleur ?

C. T. : C’est le leader qui donne l’ordre. On le suit à la voix. Pour déclencher, il dit : « Fumée top », et on place la manette sur le top. Et pour arrêter, c’est « coupez fumée top ».

À lire aussi

« Esprit d’équipe »

Qui choisit les figures à effectuer ?

C. T. : C’est essentiellement le leader. La démonstration change tous les ans. En Italie par exemple, ils font les mêmes figures depuis toujours.

À quel point la cohésion est importante à la Patrouille de France ?

C. T. : On est obligés d’être soudés. Beaucoup ont les capacités techniques de faire ce que l’on fait, mais il faut avoir l’esprit d’équipe. C’est pour ça que l’on recrute essentiellement sur des critères humains.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Presse de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Original Article

Previous articleNouvelle sortie sur le périph’ de Caen : près de six mois de travaux pour la bretelle Hamelin
Next articleCovid-19. Les réanimations repartent à la hausse dans le Nord : les derniers chiffres